( 22 mars, 2008 )

Un W.E. sans but -1/4

Décidée à la dernière minute, je rassemble quelques vêtements de rechange, un maillot de bain, ma petite valise de cosmétiques et j’avertis une copine de ma décision de prendre un WE sans but. Juste pour une petite envie de changer ma routine. Je quitte donc seul pour un « no wear… » !! C’est la première fois de ma vie que j’ose ce genre de chose, je suis encore à me demander si ma santé mentale est bonne ….
Une fois la porte fermée à clé, les petits bagages dans le coffre de l’auto, je prends une grande aspiration !! Puis, m’engouffre dans la voiture, un peu nerveuse mais heureuse.
Une vendredi de fin d’après midi ensoleillée, température agréable, la musique plein pot, je me dirige droit vers l’autoroute pour quitter la ville. Un arrêt à la station service pour le plein d’essence. Au moment de payer, une folie de plus, je choisis un paquet de pastilles à la menthe forte et un café.
Et hop !! Voila c’est partis….
Première lumière de trafic… Je suis à la hauteur d’un camion qui transporte de la bière. Le mec assis à la droite me fait un sourire coquin et j’ose répondre en lui lançant un petit clin d’œil. Je me rends compte assez vite que j’ai l’humeur badine aujourd’hui. Je décide de déboutonner mon chemisier histoire de sentir l’air d’un peu plus près et dans la même lancée, je retrousse ma jupe. Je laisse apparaitre mes cuisses pour le prochain camionneur et je souris à la pensée que je deviens de plus en plus dévergondée ces temps-ci !!

 Un W.E. sans but -1/4 dans W.E  sans but miji84uh6c

La lumière de trafic suivante arrive… Je suis côte à côte avec une fourgonnette, rien à l’horizon, je sors enfin de la ville.
Je décide de rouler 2hrs avant de faire un choix. Si la ville qui se présente à moi me convient, je prendrai la sortie me trouverai un gentil petit hôtel pour la nuit.
Je roule depuis maintenant une heure trente et j’apprécie le paysage, le paysage est plat à perte de vue. Pleins de petits villages qui s’annoncent, des aéras pour repos, des fermes au loin et des animaux qui broutent dans les champs. Tout cela me fait me sentir en paix. C’est tellement différent des bruits et de l’agitation de la ville.
C’est à ce moment que mon auto me donne un petit avertissement, un hoquet se fait entendre sous le capot. J’ai les yeux tout grands écarquillés de surprise. Je regarde le tableau de bord mais rien ne clignote. Je me dis que c’est surement une connerie, mais rare sont les fois qu’une auto s’amuse à te taquiner pour le plaisir de le faire. Dix minutes plus tard je sens que ma vitesse ralentie sans que je ne puisse rien y faire. Mais cette fois ci j’ai toute une décoration de lumières sur le tableau de bord… C’est à croire que Noël approche.
Je me range donc sur le coté de la route avant de perdre tout élan, et me voilà au beau milieu de nul part, seule et inquiète. Ça commence bien les « congés surprises », grrr!!
Je me demande bien pourquoi cette sale guimbarde ne m’a pas rendue à destination plutôt que de mourir là.
Au moins je pourrais me relaxer pendant que le mécano s’occupera de la réparation inopportune. Je décide donc de demander de l’aide avec mon téléphone cellulaire. Un panneau publicitaire de station service est juste en face de moi. Je compose le numéro indiqué et explique au garagiste du mieux que je peux ma foutue panne et l’endroit où je me trouve!!Toute proche, derrière moi, la sortie d’autoroute N°37 va lui permettre de me rejoindre facilement….
Sitôt que je mets fin à ma conversation, une auto de police se stationne derrière moi, son occupant bombant le torse en descend et ajuste sa calotte. Il remonte ensuite son pantalon d’uniforme et replace tout le bataclan brinquebalant qui lui fait le tour de la ceinture. Matraque, menottes, pistolet et aussi un étui de cuir qui cache je ne sais trop quoi… Surement le bidule électrique dont tout le monde parle c’est temps ci…
Par chance je n’ai rien à me reprocher, donc à craindre. Au contraire il devrait m’aider !!
Sur un ton un peu trop sûr de lui, il me demande mes papiers et la raison de mon arrêt dans cet endroit.
Me viens à l’idée de lui répondre sur le même ton que je suis à la chasse aux beaux policiers, mais c’est qu’une idée qui s’estompe rapidement. Je lui raconte que je suis en panne et que j’attends le garagiste. Ce monsieur imbu de son importance me rétorque que dans ce genre de situation, on doit ouvrir le capot pour signaler une panne. Je le regarde droit dans les yeux en fronçant un peu du sourcil et me penche légèrement !! Il me suit des yeux, j’en suis certaine… Je tire sur la palette à ressort sous le tableau de bord et le capot se déclenche !! Je me rends devant l’auto, ouvre le capot et fais mine de chercher le problème. Evidemment, je n’y connais que dalle à la mécanique !! Me voilà tout de même, pleine de bonne volonté, penchée au dessus du moteur avec mon chemisier entre ouvert et la jupe retroussée. Je vois le regard de mon policier qui va des cylindres du moteur au V de mon décolleté et de ma propre cylindrée.
Une petite discutions s’enclenche entre nous deux… Je lui explique que je cherche un petit hôtel dans les environs pour passer une W.E de repos. J’aimerais un endroit avec restaurant piscine, petit bar, pas trop loin de service.
A mesure que j’explique ce que je cherche je vois le policier devenir de plus en plus jovial, il me renseigne sur un chaine d’hôtel pas très loin de la prochaine sortie, me dit que le resto est réputé pour ses fondues et que leur cave à vins est des plus recherchée. Il m’annonce aussi la possibilité d’un forfait « beauté » sur deux jours et deux nuits tout à fait abordable. Il me semble bien renseigné le bougre et le mets à la question !! J’apprends assez vite qu’un service complet de beauté est fourni sans oublier un service de massage. Il ne tarit pas d’éloges sur l’établissement en question.
Toute en discutant je vois arriver le garagiste avec sa dépanneuse. Il se gare devant mon auto et vient me rejoindre. Il salue mon policier qu’il connait assurément…
Après les explications que je lui donne sur le problème que j’ai vécue avec ma voiture juste avant qu’elle ne meurt, il en déduit que surement l’alternateur ou qu’elle que chose d’approchant  a lâché.
Le garagiste se met donc en frais de hisser mon véhicule sur la plate forme de son camion et me demande où je suis logé.
Je demande au policier le nom de l’hôtel dont il m’a tant venté les mérites et décide d’y passer mon ‘’No wear ». J’ai même le culot de demander à mon policier de m’y conduire si ça lui était possible évidemment. C’est avec son plus beau sourire qu’il m’ouvre la portière pour m’inviter à prendre place. Je prends mes bagages, mon sac et me voilà dans l’auto de patrouille sur le siège avant comme toute bonne policière en service. Tout ce qui me manque ?? L’uniforme et la ceinture avec tout son bataclan, bien sur !!

( 22 mars, 2008 )

Un W.E. sans but -2/4

Je devine au loin l’architecture de l’hôtel qui brille dans les rayons du soleil. Déjà d’ici je le trouve impressionnant mais en l’approchant je me sens heureuse d’avoir écoutée les conseils du policier. Une belle verdure l’entoure, des fleurs, des arbres, arbustes, une petite fontaine au centre de la pelouse avec des chérubins qui font pipi…
Arrivé à l’entrée principale mon policier « ange gardien » m’accompagne à l’intérieur pour m’aider à transporter mes petits bagages. Nous sommes accueillit par une charmante hôtesse qui nous offre son plus beau sourire. Je me rends compte aussitôt que le policier n’est pas un inconnu dans l’établissement. Les petites taquineries qui s’ensuivent me le prouvent assez clairement.
Je demande une chambre au dernier étage si possible. J’adore les vues imprenables sur les villes le soir, quand le soleil descend. Les lumières qui bordent les routes, les néons des magasins qui clignotent, tout ce qui font d’une ville un endroit vivant et cosmopolite.
On m’offre une petite brochure et me renseigne sur tous les services offerts par l’hôtel.
Une magnifique piscine, un spa, un masseur ou masseuse selon, un service de coiffure le vendredi et samedi, des repas aux chambres, si souhaités, un resto avec spécialité pour les grillades et fondues, et une bonne carte de vins. Vais être ici un vrai coq en pâte moi, j’en suis certaine !!
Tout cela m’enchante jusqu’au moment où je vois le prix de la chambre !! Je n’en crois pas mes yeux, mais tout est trop beau pour reculer maintenant. C’est avec un grand soupire de joie mais un pincement au cœur pour mon budget que je signe la carte. Je prends la clé de ma chambre, et me retourne pour sourire au policier en signe de remerciement pour m’avoir conseillée l’endroit.
Me regardant tout souriant, il me conseille de prendre un rendez-vous avec le masseur puisque je lui ai dit que je cherchais un endroit pour me reposer ce WE.

-          « Rien de tel qu’un bon massage pour débuter un WE de repos », me glisse-t-il en me taquinant.
Étant donné que ses conseils ont été judicieux jusqu’à présent je décide de les suivre à nouveau.  L’hôtesse de me donner un rendez-vous pour le même soir…
Mon policier prend congé et je le remercie bien sincèrement avec sourires et yeux rieurs, petites courbettes et taquineries.

 

-          «  Merci bien à vous, d’avoir été mon ange gardien et mon guide monsieur l’agent… »

-          «  De rien madame, à votre service et à bientôt, peut être… » me lance-t-il gaiement!

Ma chambre est, il faut bien le reconnaître, immense !! Des fenêtres impressionnantes, une bonne odeur fruitée, un petit frigo dans un coin de la pièce, un grand lit King et un meuble immense cache une télévision plasma. Sur la table de chevet, une corbeille de petits sacs de friandises et de noix de toutes sortes est posée. La soif me tenaille, j’ouvre le frigo et wouahhhhhh !! Un éventail incroyable de petites bouteilles de jus de fruits et d’alcool trônent sur une clayette. Aussi, de la glace, des tablettes de chocolat, des petits gâteaux… Une vraie caverne d’Ali baba réfrigérée pour gourmande invétérée !! Sérieuse, je choisis une des 3 bouteilles d’eau et me rends sur le balcon pour me rafraichir et admirer la ville en contrebas.
Je prends place sur une chaise bien confortable et en profite pour me détendre. J’entrebâille mon chemisier pour profiter de la brise fraiche et j’écarte les jambes largement. Je suis ici seule au monde, je peux bien me laisser aller comme bon me semble après tout !!
Après dix minutes d’alanguissement suprême, je trouve que je peux encore me laisser aller davantage.
J’entre dans la chambre, fais glisser ma culotte et enlève mon soutien gorge. Je remets mon chemisier et retourne sur le balcon pour reprendre la pose.
Ahh !! Comme c’est beaucoup mieux maintenant !! Ma vulve légèrement humide et chaude à cause de cette chaleur étouffante, profite de la caresse de la brise sous ma jupe. Les yeux fermés le corps offert, je suis bien tout simplement et commence à bénir ma panne d’auto.
Je paresse ainsi un bon 20 minutes et finis par revenir dans la chambre pour m’y  faire couler un bain. J’y mets les incontournables bulles, ouvre à nouveau le frigo en me disant que ma fois ici la raison n’avait nullement besoin d’être présente!! Je choisis donc une petite bouteille de schnaps et la verse sur des glaçons qui crépitent sous le liquide odorant. Je rejoints la baignoire, me laisse glisser sous la mousse et la magie opère doucement… Je me sens bien, détendue et attentive à toutes les sensations environnantes de mon corps sous les bulles.
Mes mains viennent se poser entre mes cuisses qui d’elles même s’écartent un peu. L’émotion est immédiate, des picotements parcourent mon épine dorsale. Succombante, je frôle, caresse, taquine gentiment mon bouton… Une main abandonne les caresses pour venir prendre le verre qui m’attend sur le rebord du bain. J’emplis ma bouche de ce délicieux nectar et l’avale à petites gorgées. Le liquide réchauffe mes entrailles et je m’amuse à le  garder le plus longtemps possible en bouche pendant que ma main est retournée taquiner « miss perle » qui elle aussi, réclame son dû.
La boisson descend tout doucement dans ma gorge laissant une trainée de chaleur bienfaisante… Mes doigts font monter un autre genre de chaleur dans mon ventre toute aussi bénéfique. Je sais, quand ces deux chaleurs vont fusionner tout mon corps sera parcouru de bonheur. Je prends tout mon temps pour caresser doucement ma vulve, tourner à l’entrée de mon vagin. Un doigt curieux s’y engouffre, fait quelque vas et viens et ressort pour tourner autour de ma pastille chatouilleuse. Toutes ces petites caresses finissent par porter ces fruits !!Je me sens glisser doucement dans une euphorie bien agréable. D’un coup, une idée folle viens me faire stopper !! J’évacue l’eau du bain, approche mes fesses du robinet, ajuste  la température de l’eau, et m’installe couchée jambe bien écartées en appuis sur le rebord du bain. L’eau chaude vient taper sur mon clitoris que je m’acharne à malmener en tout sens. De longs soupirs annoncent mon plaisir grandissant. Ma jambe gauche s’agrippe au rebord de la baignoire pour garder la pose, l’eau continue de taper ma perle en folie. Mes doigts eux aussi, s’activent comme fous, ma vulve est brulante, mon ventre se soulève… Un petit cri s’échappe de ma bouche quand l’orgasme déferle en moi dans cette position folle.

Un W.E. sans but -2/4 dans W.E  sans but 4agvm6u0mu

 

( 22 mars, 2008 )

Un W.E. sans but -3/4

Un long moment s’écoule avant que j’ose un seul geste, je suis toute molle, calme… L’eau continue de taper sur mon sexe, je ramène mes jambes à l’intérieur de la baignoire et pousse sur mes pieds  pour me retrouver étendue de tout mon long.  Encore un petit soupir et une fois debout je finis ma toilette avec douche chaude et champoing. Pour finir, un bon petit coup de gel de douche fruité et mousseux et me revoilà toute requinquée.

Le temps passe vite et l’heure de mon rendez-vous massage approche. Je m’offre une dernière petite  bouteille de schnaps sur glaçons et  me dirige vers le balcon pour profiter de la fraicheur de la soirée. Je suis entortillée dans le peignoir de ratine moelleux que l’hôtel fournit à ses clients, et porte mon maillot de bain deux pièces pour profiter du spa de l’hôtel. Je suis un peu pompette après avoir bus deux schnaps et c’est dans cette attitude que je descends pour rejoindre mon masseur.

Je n’ai aucune idée de ce qui m’attend. C’est la première fois que je vais connaitre ce genre de service. J’ai biensur eu des massages de la part de mes amants ou d’amis. J’ai même servie de cobaye pour rendre service à un ami qui suivait des cours, mais de m’abandonner aux mains d’un parfait inconnu, non !! Jamais !! 

Arrivée à la réception on m’indique la porte à droite  tout près de la piscine.  C’est avec un petit sentiment  de plaisir mélangé à celui de gène que je me dirige d’un pas nonchalant vers cette porte. Une jolie  jeune fille m’accueille et m’offre une tisane que je refuse poliment. Elle me tend une serviette, me conseil d’enlever mon maillot et de m’étendre confortablement sur la table de massage. Ce que je fais en cachant mon popotin avec la serviette. Une petite musique douce en bruit de fond, une odeur d’huile dans un bruleur, mes deux consommations de boisson aidant, je ferme les yeux et je me relaxe doucement.

Deux mains chaudes et douces me sortent de ma torpeur, deux pouces tripotent ma colonne, mes épaules et mon cou. Je sens un liquide chaud s’étaler sur ma peau, l’huile est douce et odorante.

Un W.E. sans but -3/4 dans W.E  sans but nlopjpt2si

Les mains descendent vers mes reins, fesses, cuisses, jambes et pieds. La serviette descend, pendouille et  se retrouve par terre, je sens une grosse rougeur monter au visage et tourne la tête pour ne rien laisser paraitre. Je me persuade que c’est un professionnel et qui a du en voir d’autres, des bien mieux foutues que moi et aussi des bien plus horribles. Cela me rassure et je me détends aussitôt !! Je profite donc de la douce pression qui s’attarde sur mes chevilles et mes orteils. Les mains remontent, vont et viennent, mais j’ai l’impression qu’elles caressent plus qu’elles massent. Rendues au niveau du dos les mains glissent sous les bras, frôlent les cotés de mes seins mine de rien… Mon trouble revient et même s’installe. J’apprécie, un petit frémissement me parcoure de la nuque aux fesses et une voix tout près de mon oreille me murmure  ‘’ on se tourne sur le dos ? ‘’

Au point où j’en suis, toute honte bue, je me serai retournée moi-même sans qu’on me le demande.

Tout doucement avec volupté je me tourne et les mains se placent sur mon corps pour m’aider à m’installer confortablement. J’ouvre les yeux et reconnais mon charmant policier tout près de moi dans une tenue assez spéciale. Mon cœur fait des boums boums quand mes yeux s’accrochent aux siens. Il ne porte pour tout vêtement qu’une ceinture large avec tous pleins d’accessoires accrochés autour, déformations professionnelle surement !! Ses mains sont brillantes d’huile, tout comme son torse et ses bras.

Il est magnifique dans la lumière tamisée, ses cheveux sont châtains très pâle  et ébouriffés.

Il vient se placer au bout de la table à ma tête, étend les bras au dessus de moi et commence à masser mes épaules, mon cou. Ses mains s’emparent d’un flacon accroché à sa ceinture et laisse couler l’huile entre mes seins pour ensuite s’appliquer à l’étendre avec douceur en mouvements circulaires. Il frôle les pointes de mes seins qui m’envoient un message de bien être et d’envie dans tout le corps. Ses mains descendent peu à peu sur mon ventre pour continuer leur parcours vers mon bas ventre. Se faisant, il se penche au dessus de moi, la peau de son ventre effleure mon front, son odeur vient  taquiner mes narines et la chaleur de son corps m’enveloppe  comme une brise chaude un soir d’été.  

Il se place à ma gauche, prend ma main et place mon bras à la verticale pour en masser le dessus, dessous et finit par glisser tout le long de mon corps sans toucher mes seins. Il recommence le même manège pour le bras gauche… Une l’huile chaude coule sur mon ventre, des frissons merveilleux parcourent tout mon corps… Je suis bien comme jamais !!

Toujours à ma gauche ses mains magiques massent avec des mouvements précis, frôlent mes seins mais jamais les touche directement. Au plus profond de moi-même, j’en viens à espérer des caresses franches mais ne laisse rien paraitre de mes envies, un peu honteuse …

Les yeux mi-clos je l’observe discrètement, il est beau, musclé, très attirant, tout son corps brille dans cette pénombre. Sa nudité m’excite, j’en oublie la mienne… Mais, ses mains me ramènent à la réalité !! Je les sens sur mon ventre qui descendent nonchalamment sur mes cuisses pour remonter enfin vers l’intérieur. Mon corps est tendu, mes chairs gonflées et gorgées de désirs incontrôlables !! Mon souffle s’accélère, mon cœur s’affole quand tout doucement il écarte mes jambes pour mieux masser l’intérieur de mes cuisses !!

 86to6764t3 dans W.E  sans but

 A cet instant j’ai chaud partout, une envie folle de faire l’amour avec ce magnifique spécimen mâle me taraude !! Bien que me tripotant professionnellement parlant,  j’ai peine à contrôler ma respiration. J’ai l’impression que mon cœur fait un boucan d’enfer quand sa voix parvient a mon oreille pour me demander si j’ai envie de choses précises.

Je suis surprise de m’entendre répondre sur un ton tout à fait normal ‘’ surprend moi ‘’

( 22 mars, 2008 )

Un W.E. sans but -4/4

Et pour me surprendre il ma surpris !!!

 D’un déclic il a enlevé sa ceinture, placé le genou gauche sur le rebord de la table et pris position à genoux au dessus de moi. Ses mouvements bien orchestrés, comme un ballet, ne sont que souplesse et douceur.

Bien installé accroupis sur mes genoux, la chaleur de son corps  tout de suite  électrise… Ses fesses rondes, appuyées à mes cuisses me communique délicatement la chaleur de son sexe qui pendouillait en attouchements divins mon pubis… Ses mains derrière son dos enserraient mes genoux sur lesquels il était appuyé sans gêne, braquemard humide… Moi, penaude, j’étais là, étendue, offerte, un peu timide devant ce si bel inconnu. Habitué surement, c’était lui qui menait la danse et je ne pouvais plus reculer !! L’envie était  trop pressante, le désir fébrile… Je retenais avec peine des mouvements de bassin. Mon corps voulait bouger, onduler, frôler, et mon policier le sentait  bien dans ma manière de respirer et mon regard succombant.

Ses mains ont commencé à masser mon ventre en montant vers mes seins, arrivé sous mes bras il les fit remonter et me demanda de les croiser sous ma  tête… Ce que je fis !! De mes coudes, ses mains descendirent à nouveau sous mes bras pour continuer de chaque coté  de mes hanches. Il refit  plusieurs fois ce mouvement pour bien huiler mon corps… Glissant de partout, ses mains ont commencé à glisser sous mes fesses pour les écarter. C’est à partir de ce moment précis que je vis sont sexe grossir et fièrement se dresser. Son bassin  faisait de petits mouvements de vas et viens et je sentais ses fesses frôler  mes cuisses.

Il modifia sa position, ses genoux, de chaque coté de moi se sont glissés entre mes cuisses m’obligeant maintenant à écarter les jambes largement. Les massages se changèrent en touchers érotiques… Il se pencha sur moi et sa bouche vient mordiller mon lobe d’oreille plusieurs fois pour ensuite glisser sur la pointe de mes seins. Sa langue savante chatouillait, taquinait, titillait… A ce stade je n’arrivais plus à retenir les mouvements de mon corps qui ondulait sous lui. J’avais placé mes mains de chaque coté de la table et m’y cramponnais !!

Sa main droite descendit sur mon ventre et vient se nicher entre mes cuisses. Il commença  alors des caresses qui me firent oublier tout ce qui m’entourait. Sa main s’attarda sur mes petites et grandes lèvres vaginales. Ses doigts tournaient autour de cette zone réceptive, écartaient, se glissaient dans ma fente chaude et humide. Ses doigts s’attaquèrent à mon clitoris. Le caressant entre deux doigts, je sentais de petits chocs électriques qui me faisaient retenir mon souffle tellement cela était intense et à mon gout.  

 Puis, je le sentis glisser doucement sur moi, sa bouche descendait toujours plus bas, mouillait mon ventre, mordillait tendrement ma peau.

Ses lèvres prirent possession de ma vulve à petits coups de langue rapides, mon cœur cognait à tout rompre dans ma poitrine. Il fourrageait entre mes cuisses sans retenue, ses doigts écartaient mes lèvres, les froissaient, les tiraient !!  Son souffle saccadé et chaud sur mon sexe me rendait littéralement folle.

Un W.E. sans but -4/4 dans W.E  sans but bq997k1lod

Sa langue pressait, tournait, tapait sur mon bouton à une vitesse  pas croyable… J’écartais et refermais les jambes autour de son cou, perdant le contrôle quand sa bouche affamée faisait entendre ses bruits de succion mouillée. Mon plaisir montant toujours plus haut, je bougeais le bassin comme pour une danse orientale lascive. Des petits cris sortaient de ma gorge, des soupirs, des gémissements à chaque fois que le plaisir atteignait des sommets. Et, bientôt, ce fût le feu d’artifice, la fête !! Mon corps trembla de plaisir et un long cri plaintif m’échappa. Mes doigts s’agrippaient au rebord de la table et ma tête bringuebalante de droite et de gauche fut, comme emplie de lumières.  Au moment où, je retrouvais mes idées, je sentis son dard forcer l’entrée de mon vagin, et tout doucement envahir ma grotte liquéfiée. Il se retrouva tout au fond de moi, un va et vient doux débuta… Bientôt mon beau policier accéléra la cadence, et ce ne fut plus qu’une chevauchée endiablée et tonitruante. Son souffle se mêlait à  de petits cris de gorge, des mots fous, des bruits mouillés et innombrables. Je redevenais pour la deuxième fois en si peu de temps, un volcan prêt à exploser… Plus rien n’avait d’importance que le plaisir en cours et à venir. J’écartais les jambes au maximum, accordais mon rythme au sien, encourageais cet homme  à se surpasser pour lui démontrer mon envie, mon désir et mon besoin de lui.

Il ralentit ses vas et viens, plaça ses mains sous moi pour m’obliger à me retourner. Je m’installais sur le ventre, genoux repliés tête la première sur la table, derrière retroussé et offert,  jambes écartées. J’étais pressée de continuer, je poussais mes fesses sur son pubis en le suppliant de continuer. Une main vient se plaquer à mon sexe bien ouvert et des doigts excités tripotaient, frottaient, s’engouffraient dans  mon vagin, ressortaient pour s’acharner sur mon clito. Je le sentis prendre position derrière moi  et d’un seul coup il me pénétra brutalement, ses couilles tapant mes fesses, ses mains pétrissant mes hanches !! Il me pistonnait à la vitesse grand V pour tout à coup  stopper et recommencer aussitôt de mouvements longs et lents. Ses doigts s’acharnaient sur mon clito à le malmener en tout sens jusqu’au moment où il sentit que mon corps frémissait. Mon souffle devenait de plus en plus incontrôlable, il reprit son rythme endiablé en moi, se figea en poussant un cri étouffé !! Son sperme déferla en moi par grosses saccades et déclencha mon deuxième orgasme de la soirée.

Nous gardâmes ensemble la pose un certain temps, mon corps ondulait tout doucement pour le plaisir de faire continuer cette communion charnelle. Le dard de mon compagnon perdit de sa grosseur, de sa dureté doucement… Je le sentis glisser hors de moi comme au ralenti, mais je n’osais bouger tellement j’aimais la sensation douce qui se nichait encore entre mes cuisses. Il glissa la paume de sa main sur mon sexe trempé pour une dernière caresse. Bientôt, elle se changea en un mouvement de massage pour étendre sur mon ventre et mes cuisses le fruit trempé de notre plaisir partagé. Une taloche termina l’affaire sur une de mes fesses, ce qui nous fit rire tout les deux en coeur.

 A mon réveil le lendemain je m’étirais comme une chatte en repoussant la couette, mon corps avait encore l’odeur de  plaisir, les souvenirs de ma soirée me procurait quelques petits papillonnements ici et là. Perdue dans mes pensées, heureuse d’avoir enfin réalisé mon petit fantasme caché depuis si longtemps dans mon jardin secret… Faire l’amour avec un inconnu dans un endroit inattendu.

|