( 14 août, 2007 )

Shopping de rêve !!!

 Enfin la semaine est terminée et le vendredi soir va être pour moi une petite soirée shopping.

A la dernière minute mon amour m’a prévenu qu’il ne pourrait  pas m’accompagner et aurait aimer remettre au samedi matin,  mais j’avais d’autre projets pour mon samedi matin !!!!  Matinée crapuleuse

Après une douche de 20 minutes,  l’application de petite crème divine autant pour la douceur que pour l odeur, coiffée à la décoiffé, habillé d une jupe un peu ample et courte avec t-shirt bretelles spaghetti et dessous qui ma fois ne cachent pas vraiment,  me voila partie mon sac sous le bras.

J’ai l’impression de laisser derrière moi un petit nuage d’odeur sucré et de fraicheur. Tout pour me donner confiance en moi…

Je réussis à me trouver un stationnement pas trop loin des portes de l’entrée principale et me voilà à l’attaque des boutiques modes. Faite place la dame arrive !!!!

Première boutique que je vois ce sont les sous vêtements, j’y trouve le plus beau petit string que j’ai encore jamais vus, couleur de l arc en ciel avec le petit triangle derrière qui représente un arc en ciel toute mimi, et le soutien gorge assortie, trop beau,  j’achète.

Quand je trouve ce genre d’objet sitôt que j’ai les pieds dans le centre commercial,  c’est que mon shopping va être des plus fructueux.

Boutique suivante qui attire mon attention, nuisette, robe d’intérieur, pyjama  de toutes sortes, déshabillés   de dentelles transparentes de toutes couleurs. Je suis comme une petite fille devant un étale de bonbon, je veux tout ce que je vois, mais je me raisonne et finis par choisir le petit pyjama de satin rose avec culotte courte, je suis tellement fière de ma trouvaille que je ressors du magasin en chantonnant.

Ce qui m’a poussé à venir magasiner ce soir, c est en premier les souliers. Je me cherche un soulier style mule en cuir naturel et talon moyen, mais très confortable. Après avoir regardé les vitrines de boutiques de chaussures je me décide à entrer et regarde de plus près tout les étalages qui s’offrent aux regards, une petite dame vient m offrir ses services mais je ne suis pas encore prête à faire mon choix, je continue donc ma tournée et j’aperçois  près de la caisse un  homme a l’allure époustouflante. Du coup nos regards se croisent et il me souris gentiment, je tourne la tête et continue de regarder un peu partout mais sans véritablement m’éloigner pour autant. Je me surprends même à espèrer qu’il vienne m’offrir de l’aide. C’est fou comme son regard m’a fait de l’effet, des yeux marrons en amande, cheveux coiffé à la décoiffé lui aussi,  plutôt pâle, taille moyenne, allure décontractée, la jeune quarantaine, tout pour me plaire…

Une voix masculine me demande si j’ai besoin d’aide. En me retournant je prends  un petit air surpris de le voir près de moi et je lui souris en lui expliquant ce que je cherche. Il me demande de le suivre dans la section près de la vitrine et me montre différent  modèle toute aussi beau les uns que les autres. Mon choix devient compliqué, il me fait assoir et disparait à l’arrière de la boutique dans le coin entrepôt pour revenir une minute plus tard avec 3 boites de chaussures.

Les modèles sont à mes pieds, me reste plus qu’à les essayer… J’enlève mes souliers et me penche pour prendre la première paire quand l’homme me fait signe qu’il se charge de tout. Un genou par terre et l autre jambe repliée, il prend mon pied en entourant ma cheville délicatement. Sa main est chaude et douce, son pouce fait de petits ronds sur la petite boulle  d’os de la cheville. J’en suis surprise et flattée à la fois, pas vraiment contrariée. Il prend le soulier et me l’enfile tout délicatement. Une fois l’opération terminée je vois son regard suivre mon pied et remonter sur ma jambe  pour continuer sur ma cuisse se faufiler entre mes cuisses et essayer de deviner mes dessous.

Son regard accroche le mien l’espace d’un instant et de sa voix douce me demande si ce soulier me plait ? Oui dis-je en souriant. Mais j’aimerais bien aussi essayer l’autre avec les talons un peu plus haut.

Avec lenteur son regard fait le chemin invers et sa main continue a caresser discrètement mon mollet. Il prend un nouveau soulier et l’enfile à mon pied avec autant de douceur que précédemment. Je me place debout pour voir l’effet de la chaussure et me dirige vers le miroir près de moi. J’ admire mon pied en faisant des pointes et des pressions du talon, je sens le regard du commis sur moi et discrètement je regarde dans sa direction pour voir clairement qu’il fixe mes jambes de bas en haut. Tout à coup coquine, j’ai envie de jouer le jeux de la séduction l’espace d’un moment…

Je reviens m’assoir sur mon banc  cuisses légèrement entrouvertes et lui demande de bien vouloir me montrer la troisième paire qu’il m’a trouvé. Sans perdre de temps il m’enlève celui que je porte déjà et encore me caresse discrètement. Mais cette fois sa main se place plus haute sur ma jambe. Il dépose mon pied sur sa cuisse très haut, je sens sa chaleur au travers du tissu de son pantalon. J’en éprouve un petit plaisir certain. Une fois bien callé mon pied sur sa cuisse, il écarte lentement sa jambe. Prémédité, eela a pour effet d’écarter les miennes par la même occasion. Etant donné ma jupe courte, je lui offre imanquablement une petite vision de ma culotte  de dentelle. Il fait le geste de ce pencher pour prendre le soulier dans la boite et en profite pour placer mon pied plus près de son entre cuisse, tout ça sans en avoir vraiment l’air, le coquin!!

Une fois le soulier en main il me l’enfile, toujours avec des caresses discrètes mais sans laisser un instant son regard perdre de vue ma culotte. Avant de libérer mon pied il bouge tout simplement sa cuisse,  qui provoque un plus grand écartement de mes propres  jambes. Je trouve que le commis a une très bonne stratégie de petit voyeur et j’y prends plaisir à ma plus grande stupéfaction.

Avant de me relever je lui dit que j’aimerai mettre les deux et pouvoir marcher et constater du confort de cette paire ci. Sans perdre un instant il me regarde droit dans les yeux et me sourit, prend la seconde chaussure et la place à mon pied.  Sa main qui se trouve à l’arrière de mon mollet remonte derrière mon genou avec une légère pression. Je me retrouve à nouveau devant le miroir et admire l’effet du cuir sur mes pieds. Je m’enhardis et me penche un peu pour lui donner une vision de mes cuisses sous ma jupe. Je me retourne, me place dos au miroir pour voir l’effet, vu de derrière avec mes jambes bien écartées. Il semblerait que mon commis est sensible lui aussi à ce genre d’effet.

Je reviens à mon banc, je m’assois sans prendre garde à ma jupe qui laisse voir un petit bout de cuisse de plus et surement un peu plus large de culotte. Je lui demande s’il n’aurait pas un autre modèle que je puisse essayer. Il acquièsse et me déchausse. Il en profite discrètement pour frôler à son sexe mon peton tout mignon. Je me sens un peu gênée mais aussi un peu plus entreprenante. J’en profite donc pour laisser mon pied frétiller pour bien sentir cette petite bosse naissante sous le tissu. Il se lève et me dit que surement dans l’entrepôt il devrait trouver un modèle qui devrait  me plaire. Il me demande de bien vouloir le suivre à l’autre banc plus loin, à l’arrière de la boutique. J’obtempère avec plaisir…

Une fois rendue, je regarde dans toute les directions  et prends consience que je suis ici à l’abri des regards indiscrets. Il me vient alors une petite idée auqu’elle  jamais  au grand jamais je n’aurais pensé qu’elle puisse même m’effleurer l’esprit un jour.

Voilà mon commis qui revient et je lui demande en bougeant un peu les fesses si je pourrai aller aux toilettes pour une petite urgence.  Avec un sourire un peu complice, il me montre une porte à ma gauche et me dit de prendre mon temps.

Deux minutes plus tard je suis de retour devant lui, prête pour d’autres  essayages.

Il a profité de mon absence pour apporter une pile de nouvelles boites de toutes sortes de nouveaux modèles. Il me fait signe de m’assoir et comme j’en suis à la quatrième paire, je commence à connaitre sa méthode  de travail. Je prends donc les devants  et dans un geste un peu théâtral, j’étends la jambe, la place sur sa cuisse, plaque mon pied bien appuyé à son pubis et attends de voir la réaction sur son visage. Tout en prenant le soulier dans la boite son regard suis l’intérieur de ma jambe, monte sur ma cuisse et se fige sous ma jupe.

Il lève les yeux vers moi avec à peine un petit sourire complice, mais je sais que je l’ai mis dans tout ses états. Il vient de se rendre compte que ma petite urgence de tantôt n’était en fait  qu’un prétexte pour enlever ma culotte. A partir de cet instant tout va très vite, j’ai donné mon accord pour ces petits jeux coquins et il ne s’en prive plus.

Son regard fait le tour de la place pour vérifier que nous sommes bien à l’abri  des yeux  indiscrets, et sa main se place derrière mon mollet. Maintenant, elle monte effrontément entre mes cuisses. Je ferme les yeux l’espace d’un instant et pense à ce que présentement je suis en  train de faire. Je m’étonne, me sens bizarre, me trouve audacieuse de provoquer ce commis  inconnu, mais c’est plus fort que moi, j’en ai envie. Mon cœur est tout fou dans ma poitrine, mon souffle se fait un peu plus rapide, je vois très bien l’effet que j’ai déclenché  sur mon vendeur. Je sens ses doigts qui frôlent mon sexe avec une expérience certaine de ce genre de petit jeux. Son doigt trouve mon bouton et y met une légère pression en frétillant coquinement. Son regard est rivé sous ma jupe, moi de mon coté je pousse du pied sur son sexe que maintenant je sens durcir et  mes orteils font des petites mouvements d’ouverture et de refermeture avec précision sur son membre excité.

Ces doigts deviennent plus hardis et tripotent maintenant sans gène mon entre cuisse qui s’humidifie à la vitesse grand V. Je n’ai jamais ressenti ce genre de folie jusqu’à présent. C’est une première pour moi, jamais je n’ai osé ce genre de chose, mais cet homme a, un je ne sais quoi, qui m’y pousse. Ses yeux marrons sont magnifiques, son petit sourire provocateur est irrésistible, toute sa personne dégage un savoir faire certain avec la gente féminine, à n’en pas douter!!

Son regard se rive au mien et en se relevant il place sa main sur ma cuisse, prend la mienne et m’invite à le suivre. Gentiment, je prends mon sac, mes paquets et lui emboite le pas, pieds nus.

Je me retrouve dans le fond de l’entrepôt du magasin et il m’entraine vers une grande double porte,  entrouverte. Une fois la porte passée il la referme  et se retourne vers moi et me prend dans ses bras. Il m’embrasse à la manière « perte de contrôle », je le sens tout excité, tremblant d’envie. Je lui réponds de la même manière, place mes mains sur sa ceinture de pantalon, me mets en frais de la lui ouvrir, et la fermeture éclair glisse à son tour pour ensuite laisser le pantalon se retrouver sur les mollets de cet homme fou d’envie. Ces mains caressent partout à la fois, relève ma jupe, se glissent entre mes cuisses, reviennent sur mes seins pour ensuite faire glisser les bretelles de mon t-shirt. Il libère ma poitrine gonflée, la presse sein contre sein. Il y place ses lèvres mouillées et fait des petites bruits de succion comme un bébé assoiffé. J’ai tout plein de chaleur qui m’envie de partout, c’est fou comme c’est bon de sentir cet homme me faire toutes ces caresses. Je m’accroche à lui et place ma jambe entre les siennes. J’enroulle l’autre à sa cuisse, je sens son sexe dressé, brûlant, Folle de désir, je frotte ma vulve mouillée sur sa cuisseet y laisse une petite trace d’humidité chaude. L’effet est terrible, il perd tout simplement tout contrôle. il m’abandonne un instant pour  enlever son  pantalon et caleçon,  de mon coté je déboutonne sa chemise, plaque mes mains sur son torse, taquine ses petites auréoles brunes, me penche et les sucent en les mouillant de salive. Mon souffle est devenu saccadé, je reprend sa bouche en lui mordillant les lèvres, la langue, je fouille sa bouche sans retenue aucune. Je me sens devenir obsédée par ce corps. Je veux profiter de tout ce que cet homme m’offre et que je lui offre en retour.

Il me plaque au mur soulève ma cuisse et de l’autre main fait vibrer mon clito, le frotte, avance la main le plus loin possible entre mes fesses, et d’un geste lent revient en laissant son majeur caresser  toute mon intimité.

Son doigt disparait en moi en ressort trempé, retourne avec maintenant deux doigts qu’ils  bougent  et frétillent sans ménagement. Je laisse échapper des petits cris de plaisir, je suis tremblante et complètement déconnectée de la réalité. La seule idée qui me traverse l’esprit à cet instant, c’est que je souhaite pouvoir atteindre l’orgasme avant d’être dérangé par qui que se soi.

Mon petit commis reprend mes seins à pleine bouche, en continuant a tripoter mon sexe maintenant trempé et brûlant. Il se replace bien callé entre mes cuisses, prend sa queue en main et la fait glisser dans mon vagin avec lenteur au début. Tout glisse facilement, et il commence des vas et viens contrôlés, accélère, ralentis, ses mains se plaquent sur mes fesses… J’en profite pour l’entourer de mes jambes , m’accroche à lui avec toute la force de mes membres.  Ne sachant plus trop où j’en suis, je le prends par les cheveux à pleine main et le fait basculer tête vers l’arrière pour lui faire ouvrir la bouche que je referme de la mienne en le violant littéralement avec ma langue, tellement je perds tout contrôle de moi.

Je sens ses mains qui pétrissent mes fesses, ses gémissements qui accompagnent les miens, les petits bruits mouillés qui viennent de nos sexes trempés. Dans un dernier effort je me cambre dans un petit cris de jouissance et mes jambes se mettent à trembler. Le feu d’artifice  éclate derrière mes paupières fermées. Je suis complètement perdue, un jet de sperme vient se répendre en moi, le son du souffle fou de mon commis me donne des frissons. Ma bouche grande ouverte cherche l’air, je continue de bouger sur sa queue, je veux encore profiter de ce sexe en moi. Je ressens encore du plaisir, je continue encore et encore. Si le temps me le permettait, je continuerai à le provoquer pour recommencer… Cependant, je sais que l’endroit est un peu risquer pour s’attarder trop longtemps. Je me laisse glisser le long de son corps et je sens son sexe se retirer de mon vagin. Encore soutenue par ses mains sous mes fesses,  il me dépose par terre. Tout doucement je reprends mes sens. Je remets de l’ordre dans ma tenue et de son coté, fait de même.

Tout c’est passé si vite et d’une manière si inattendue que je me retrouve devant cet étranger sans vraiment savoir maintenant comment expliquer mon comportement.

Il place ses doigts sur ma bouche en guise de silence,  me remercie pour ce moment inoubliable, me demande si j’ai apprécié. Ma seule réponse est…Vraiment? Tu en doutes ? ….. Non me répond-il !!!!

De retour dans le magasin je choisi la paire de soulier qui me plait, passe à la caisse rapidement pour régler mon achat et me dirige vers la sortie. A ce moment, une main se pose sur mon bras délicatement et me tend le  petit sac qui contient le petit string tout mimi couleur arc en ciel qui était resté sous le banc. Un murmure à l’oreille ‘’ j’aimerais  tellement te l’enlever ce petit bout de tissus un jour prochain ‘’

Hummm  qui sait ?  Et je quitte la boutique  en me trémoussant un peu les fesses et en souriant avec une douce sensation de féminité.  

|