( 3 décembre, 2008 )

Lettre au Père Noël

Père Noël
Atelier de fabrication des jouets
Pôle Nord

Cher Père Noël


Écoute-moi bien, espèce de gros lutin barbu, cela fait des années que je t’aide, jouant à être le cadeau parfait, portant des vêtements de plages même en plein hiver, et j’en passe. Je déteste avoir à faire tout cela, uniquement pour que tu sois aimé, alors aujourd’hui, il est temps que tu me rendes service toi aussi.Alors, pour Noël 2008 je veux :

1- Un pantalon confortable ainsi qu’un vieux gilet trop grand. J’en ai marre de ressembler à une poufiasse avec des vêtements trop serrés, les pointes des  seins voulant percer le tissus


2- De vrais sous-vêtements pouvant être mis et enlevés. Blanc, de préférence. Rien qui ressemble de prêt ou de loin a ces trucs a ficelle qui nous traverse le sillon du derrière.
3- Un VRAI homme…. peut-être GI Joe. Que veux-tu que je fasse avec ce débile de Ken? Avec tout les stéroïdes  qu’il a bouffé, il ne se souvient  même plus ce que c’est que de bander. Enfin, peu importe qui tu apporteras, au moins, fabrique-le anatomiquement correct et normal.
4- Des bras que je peux bouger de toutes les articulations… une bouche  accueillante   avec une petite langue taquine, surtout si je reçois un homme anatomiquement normal.
5- Une opération afin de me faire réduire le volume des seins.
6- Un soutien-gorge de sport que je pourrai porter jusqu’à l’opération, et surtout évite la dentelle.
7- Une nouvelle carrière. Il est ennuyeux d’être vétérinaire ou institutrice. Que dirais-tu de programmeur-analyste ou assistante à la production? Ou mieux encore, directrice administratif.
8- De nouvelles personnalités actualisées aux années 2000. Pourquoi pas la « Barbie Spam », complété par un énorme pot de crème glacée aux cookies et d’un paquet de chips ? Ou encore la « Barbie qui arrête de fumer » portant un badge de nicotine et ayant plusieurs paquets de chewing-gum.


Ok, père Noël, ça va être tout pour cette année.
Considérant ma contribution à la société, je ne crois pas exagérer en te demandant cela.
Si tu n’es pas d’accord avec moi, tu n’as qu’à te trouver une nouvelle poupée stupide pour l’an prochain !
Sincèrement,Barbie
Maison de rêve,
Malibu, Californie

( 30 décembre, 2007 )

BONNE ANNÉE 2008

5gp3umlw.gif picture by paschatblog

        BONNE ANNÉE 2008 dans Noel 06-206-0 dans Noel06-006-8

feuer001.gif picture by paschatblogfeuer001.gif picture by paschatblogfeuer001.gif picture by paschatblogfeuer001.gif picture by paschatblog

6tju4pe5.jpg picture by paschatblog

( 19 décembre, 2007 )

Last Christmas.. George Michael

Image de prévisualisation YouTube

( 9 décembre, 2007 )

CONTE DE NOËL POUR ADULTE

barno04.gif picture by paschatblog

                        noel07.gif picture by paschatblog 

Ce que je vais vous racontez ici est une histoire vrais.

Un joli conte pour adulte, je crois que les contes sont pour les personnes de tout âge. Alors voila, le miens.

 Il n’y a pas de ‘’Il était une fois ‘’

Ce matin la je sortais de ma chambre et un petit bruit attiras mon attention, je me dirigeais droit vers la fenêtre et je vis une drôle de lueur a l’extérieur, le ciel avait une teinte de mauve et avec la neige qui était tombée la veille,  j’avais devant les yeux un magnifique paysage de rêve.

En approchant plus près de la fenêtre je vis sur le chemin devant ma maison un attelage tiré par de magnifiques chevaux. Des enfants caressaient les bêtes  et en faisaient le tour en gambadant, criant, riant.

Un peu curieuse je descendis l’escalier pour  me rendre  a la porte  et le son d’un toc toc me surpris a peine.

La main sur la poignée je me rendais compte que j étais encore en nuisette, mais avec un  certain sans gêne j’ouvris la porte et me retrouvais nez a nez avec un homme  d’une beauté assez spécial.

Mes yeux n’arrivaient pas  à se détourner de ce regard chaud et mystérieux. Une teinte spécial que jamais je n’avais eu l’occasion de voir auparavant, bleu, vert, avec des paillettes dorées

Sans dire un mot je m’éloignais de la porte pour le laisser entrer et avec un geste tout à fait naturel il referma la porte derrière lui et se dirigeas vers le foyer du salon.

Arrivé devant la flamme il tendit les mains pour les  réchauffer et laissa un soupir de contentement s’échapper de sa gorge.

J’étais la debout sans un geste, a le regarder aller et venir dans mon salon a la manière d’une personne qui aurais connus la pièce depuis toujours, et le plus spécial c’est que pour moi toute avais l’air le plus naturel du monde.

L’idée de lui offrir un café ou un breuvage de son choix me traversa l’esprit l’espace d’un instant, je cherchais des mots ou encore une phrase intelligente, mais j’étais sans voix.

Ma tenue ne me gênait absolument pas, je savais que ma nuisette était assez affriolante, mais j’y portais aucune espèce d’attention. C’étais tout naturel pour moi d’être a moitié  nue devant un étranger qui lui était habillé très chaudement et qui avait l’air du maitre des lieux

Après avoir fais le tour de la pièce et regardé par la fenêtre pour vérifier que ses chevaux étaient bien calmes devant ma porte, il se retourna vers moi et pour la première fois j’entendis sa voix. 

‘’J'ai fais un très long voyage pour venir te voir aujourd’hui, je voulais te parler,         t’expliquez enfin certaines choses demeurées  sans réponse depuis maintenant 20 ans  »

Je m’approchais de lui tout doucement pour mieux le voir et l’entendre, je cherchais à percer le mystère qui se formait maintenant. Mais qui étais cet homme à la voix grave ? Et que me racontait-il ?

Tout en parlant il se dirigeait vers le foyer et je le suivais a très  peu de distance  derrière  lui, je sentis la bretelle de ma nuisette glisser sur mon épaule, ce qui accentua la profondeur du décolté et laissait voir la naissance de mes seins sous le fin tissu  de satin jaune.

Le son de sa voix chantait à mon oreille mais je ne distinguais pas vraiment les paroles. Quelque mots au hasard, du genre soirée, seul, triste, vacances, ami, réussissaient à capter mon attention, mais sans plus. A un certain moment je cru comprendre Floride soleil , mais encore la j’arrivais pas a voir le rapport avec ça présence dans ma maison

Il s’installa confortablement sur le fauteuil en cuir près de la cheminée et ne me quittait pas des yeux. Son regard que je trouvais magnifique a son arrivée avait maintenant changé de couleur. De bleu vert, il était maintenant passé a une teinte très prononcé de mauve, comme  la couleur du ciel a son arrivée.

Il continuait de parler, de me regarder, ses yeux étaient rivés a mes seins,  ses paroles étaient accompagnées de gestes de la main. A un certain moment il tendit la main vers moi et j’y déposais la mienne avec un timide sourire.

En refermant ses doigts sur ma main, il m’attira  doucement vers lui, sa voix devenait de plus en plus douce, ses paroles toujours plus chantante, et avec une tendresse infini il prononça mon prénom. Entendre mon prénom dans la bouche de cet homme  me fis l’effet du plus beau mot d’amour que j’avais entendue

Toujours ensorcelé par ses yeux je remarquais à peine sa tignasse blonde  et ça barbe, pourtant maintenant je trouvais impossible de ne pas avoir remarqué avant. Il avait une beauté spéciale, très spécial.

Une odeur de cannelle et de sapin flottait autour de sa personne.  Maintenant tout près de lui, mes  genoux  frôlaient  le tissu  de son pantalon et je sentie qu’il y mettait une légère pression pour m’obliger a écarter un peu mes genoux, ce que je fis avec une petite gène et un certain plaisir.

Sa voix continuait à murmurer des choses que je n’arrivais pas à saisir et sa main m’attirais encore plus près de lui, au point que je me retrouvais bientôt penché sur lui tellement près que je du placer mes deux mains sur les rebords du fauteuil pour ne pas perde pieds.

Je sentis ses mains se placer sur mes hanches et m’attirer a lui,  m’obliger à  placer mes genoux de chaque coté de lui, pour enfin me retrouver assise face a lui, les genoux entre les rebords du  fauteuil et ses cuisses.  Il continuait toujours de murmurer d’une voix douce des choses qui m’ensorcelaient, me rendais toute réceptive a ses moindres mouvements. J’avais l’impression d’être une adolescente  devant un adulte et je n’arrivais pas à lui résister, j’étais subjuguée.

Les  bretelles de ma nuisette pendaient maintenant négligemment  sur mes bras, mes seins étaient a peine cachés sous le tissus,  les cheveux en bataille, les fesses à l’air sous ce vêtement  léger me donnais l’impression de m’abandonner a cette homme qui arrivait de nulle part mais qui en quelque minutes me faisait vivre un fantasme inavoué.

Ses lèvres pulpeuse glissaient sur les miennes, des petits coups de langue par ci par la, des caresses de mains curieuses, des bras qui m entourent, me serre fort, un souffle rapide dans mon coup, une main qui se  glisse entre mes cuisses, mon cœur qui s’affole, la chaleur de son torse sur ma poitrine, le chatouillis de ses poils sur ma peau, ses cuisses dur, ses mains exigeantes, sa bouche qui glisse maintenant dans mon cou, sur mes seins, sa langue qui tournicote  autour de mes auréoles chatouilleuses, ses lèvres qui se referment goulument sur mon sein et tètent avec un bruit gourmand.

Envahi par une folie sensuelle magique, je remarque a peine qu’il est maintenant nu sous moi, sont sexe dressé fièrement qui frôle mon pubis de mouvement du bassin, sa bouche presse maintenant sur ma poitrine pour me forcer a basculer vers l’arrière, ce que je fais en  caressant  mes seins a pleine mains, mon souffle s’accélère, ma chaleur monte a la vitesse grand V, plein de petit fourmillement entre mes cuisses, des petits soupirs,  gémissements,  halètements,  couinements, emplissent mes oreilles.

Un long  mouvement  du  bassin me donne une douce sensation de chaleur sur mon bouton, je le frotte à son sexe maintenant dur, gros, long  et brûlant, je continue de m’exciter sur son membre qui se glisse maintenant en moi, en faisant de petits vas et viens pour permettre a son gland de faire le chemin qui mène au plus profond de mes  plaisirs, je l’engloutie de toute sa longueur et sa grosseur, je me laisse posséder par ce membre viril et je laisse échapper un gémissement langoureux quand d’un grand coup du bassin il commence a bouger fort en moi.

Ma tête bascule vers l’arrière, ma bouche cherche de l’air.  Je sens ses doigts s’agripper a mes fesses, l’espace d’un instant j’entre ouvre les yeux et ne reconnais plus la pièce qui m’entoure. Tout est féérique, une musique qui viens de nulle part, emplis mes oreilles, accompagne les gémissements, les soupirs de plaisirs, des tissus de couleurs indéfinis et transparent flotte ici et la suspendu dans le vide, de petit cristaux volent dans la pièce, la musique monte, ma chaleur grimpe, les vas et viens en moi s’accélèrent, les parois de mon vagin sont mis a rude  épreuve, un vas et viens me laboure sans ménagement, ses bras maintenant s’enroulent autour de moi et d’un mouvement qui me prend par surprise, me soulève comme si j’étais une plume, m’entraine sur le tapis devant le foyer,  s’installe a genou entre mes cuisses, m’oblige a écarter les jambes au max, et de ses mains m’attire a lui, frotte son dard a mon clito gonflé et  d’un coup de rein se retrouve a nouveau en moi pour recommencer sa course folle vers la jouissance.

Ses mains toujours plaquées à mes hanches, il me soulève les fesses pour mieux me posséder, m’assoie  sur ses cuisses, me redresse, plaque sa bouche a la mienne, mes jambes se referment autour de lui, et un long baisé passionné qui n’en fini plus me fais perdre tout contrôle de moi.

Des sons viennent de partout,  gémissements, couinements, sucions, cris étouffés, souffle fou, musique douce, sons du dehors. Une longue plainte accompagne le tressaillement du membre brûlant qui explose en moi   qui se répand  par grande giclées, le tremblement de ses  cuisses, cette course folle pour le plaisir de l’orgasme, tout ça à la fois me mène vers une jouissance inégalée encore.

Toute bouleversée par ce qui m’arrive j’entends le son de clochettes au loin, sans trop y porter attention je récupère un peu de mon contrôle, mon cœur   retrouve peu à peu son rythme, mon souffle se ralentis.

J’ouvre les yeux et ne reconnais pas la pièce qui m’entoure, encore tout ces voiles qui flottent, les petits cristaux blanc, la musique douce et le son des clochettes qui montent et montent.

Je me lève et cherche partout dans la pièce à la  recherche de mon inconnu, mais de lui aucune trace.

En approchant de la fenêtre je remarque le son des clochettes qui augmentent accompagné de cris joyeux, de piétinements, et c’est à cet instant que je vois ce que mes yeux n’arrivent pas à croire.

Je ne vois plus de chevaux et de carriole, et d’enfants encore moins.

Non !!! Ce que j’ai là devant moi c’est un traineau magnifique avec des rennes toute aussi magnifiques, des lutins habillés de rouge et de vert, des bonnets pointus avec des grelots, des bottes avec les bouts  pointus qui retroussent, et debout avec en main les guides pour conduire cette attelage se trouve mon inconnu habillé de rouge.

Un aura brillant l’entoure, ses habits sont magnifiques, de la fourrure blanche borde les manches et le bas du manteau, un chapeau rouge bordé de la même magnifique fourrure trône sur le dessus de son tête.

De longs cheveux blond blanc tout bouclé ainsi qu’une barbe bien soignée voltige dans le vent. Toujours dans sa main les guides  retiennent les rennes qui deviennent de plus en plus excitées de quitter le sol pour prendre leur envole dans ce matin magique pour une destination inexplicable.

Pour mieux voir ce que j’ai peine a croire, j’ouvre la porte pour m’assurer que ce n’est pas un effet de retour de lumière sur la vitre de ma fenêtre. Mais non  !!! Il est là bien réel avec autour de lui des sons de clochettes et toujours son aura qui l’entoure. Je suis debout paralysée sans pouvoir bouger, pratiquement nu dans ce jour d’hiver. Le vent qui souffle ne m’atteint pas, le froid qui normalement  devrait me faire grelotter dans ma nuisette, ne m’atteint pas non plus.

D’un signe de la main il m’envoi un  baisé et un murmure arrive a mes oreilles.

‘’ Regarde sous le sapin ‘’ et dans un dernier au revoir de la main j’entends l’écho du mot sapinnnnnn qui n’en fini plus de rebondir sur le mur de ma maison avec encore se son de clochette qui s’amplifie au point de  devenir assourdissant.

D’un clignement d’œil je me retrouve dans mon lit, le son du téléphone sur ma table de chevet a enfin percé mon rêve.

Comme je prends l’appareil en main j’entends le déclic qui met fin a l’appelle.

Je me laisse retomber sur le lit les yeux au plafond à vouloir comprendre ce que je venais de vivre

 C’était un rêve !!! Je me souviens maintenant qu’un certain  soir de Noël de mes 18 ans, j’étais seul et triste, je me voyais sans petit ami avec qui  partager ce soir si spécial, aucun cadeau d’amoureux, aucune magie de Noël à partager, j’étais en larme en pensant a tout mes amies qui elles  étaient accompagnées et pour la plus part amoureuse.

Je fermais les yeux  pour  me souvenir de mon rêve avant qu’il disparaisse pour de bon dans le brouillard de ma nuit

Mes parents m’avaient offert de les accompagner pour une semaine  en Floride toute dépense payé, mais j’avais refusé, prétextant que j’avais plein d’invitation et que j’aimais mieux passer la semaine a la maison. Tout ça n’était que mensonge bien entendu, mais je me voyais mal accompagner mes parents comme une petite fille qu’on n’ose laisser seul a la maison. C’était loin dans mes souvenirs maintenant.

Je baille, m’étire, me roule en boule sous la couette et me rendort dans l’espoir de retrouver le cadeau que  Santa Chose ma laissé sous le sapin.

Ce récit est authentique. Je vous le jure sur la tête du Père Noël

( 6 décembre, 2007 )

LA VRAIS PERSONNALITÉ DU PÈRE NOËL..

  barno08.gif picture by paschatblog                          noel07.gif picture by paschatblog

Père Noël J’ai des comptes à régler avec toi

Depuis que je suis toute jeune  j’ai fais ma liste cadeaux a tout les ans.

Je me souviens d’avoir demandée  des patins, j’ai reçu un pantin

J’ai espérée un tricycle, j’ai reçu une paire de snick (Basket)

J’ai voulue une poupée qui fait pipi caca, J’ai reçu un pyjama

J’ai demandée un traineau, j’ai reçu  des rideaux

Je voulais une bague, j’ai reçu un livre de blagues

J’ai osée demander des skies, j’ai reçu des bigoudis

J’ai voulue un appareil photos, J’ai hérité d’une trousse de tricot

Hé ça été comme ça toute au long de mon enfance.

Une fois devenue  adulte j’osais  plus demander, j’avais trop peur de recevoir encore des quétaineries.

Mais …….cette année y a du changement, alors place tes yeux bien vis-à-vis les trous et prend note de ce qui suit.

Il est encore tôt au début de décembre

Tu na donc pas trop de taff et tu peu te permettre une petite demande spécial.

Hé oui, faut pas ce le cacher, c’est pas toi qui les fait les jouets, mais tu exploite scandaleusement de pauvres enfants comme certaine grosses compagnies qui font des chaussures de sports  ou des jeans…Pas fou toi !!! Tu les à maquillés en lutin et tout l’monde ni a vus que du feu.

Après avoir été sage toute l’année je suis certaine de mériter ce que je vais te demander.

Alors assis toi confortablement le gros et écoute avec tes yeux

Je te demande de me ramener mon Kif-Kif, tu a une semaine pour me le remettre en forme .Si d’ici une semaine j’ai pas mon Kif-Kif ici, je ne répond plus de moi.

Je vais te faire une publicité comme tu en à encore  jamais reçu.

Des photos compromettantes, vont se retrouver sur mon blog

Des adresses de sites pornos que tu exploite  avec un sans gène sans précédent. Même un film  sorti au USA  «Le Père Noël est une ordure» et ensuite remixé en France ( ou c’est l’inverse….sais pas)

Tu va perdre toute ta crédibilité aux yeux des parents et des enfants.

Tu va devoir vendre tes rennes et ton terrain au pole nord pour réussir à payer ton avocat qui va de lui-même te laisser tomber après avoir visionné les photos que je vais placer ici.

Et si malgré toute cette mauvaise publicité tu te permets encore de vouloir passer ton gros derrière par les cheminées tu y  resteras  coincé pour le reste de l’année, ben disons sept jours pour faire fondre ton postérieur et glisser dans le foyer

Tu va te retrouver  noircis, amaigris, frustré, honteux, et quand j’en aurais fini de toi tu ne pourras plus jamais kiffer le rouge et les poils blanc.

Affectueusement  Paschat (pas de bisou)

( 6 décembre, 2007 )

MERCI PÈRE NOWEL….

Merci père Nowel

J’ai enfin reçu mes miettes tant attendus avec une promesse de retour

Je t’avais menacé de te harceler  jusqu’a ce que tu me redonne mon Kif-Kif . 

Ben voila tu me la redonné ,,Ben du moins il  reviendras  mercredi

Ouffff Père Nowel ta passé a deux doigts d’une tempête, ta même pas conscience de l’ouragan qui ta frôlé.

Regarde !!! J’ai ta photo de bébé quand tu est né.

Déjà tu étais spécial,  plein de poil blanc   perenoel1.jpg picture by paschatblog

Avec le temps tu a vieillis,  mais pas propre avant 4 ans.

Et pour ce qui est de ton vocabulaire, alala, c’étais pas top

Une drôle de manière de rire aussi, tout tes rires finissaient par ho, et en vieillissant ça c’est pas arrangé, tu a rajouté des ho ho ho.

C’est curieux Père Nowel mais j’ai eu vent dernièrement qu’une copine a moi ta demandée un service.

C’est une fille toute gentille, un peu timide, mais avec un coeur grand comme ça.

Si tu regarde bien dans la pile de cartes que tu a reçu tu devrais voir  une signé du nom de Véro.

Elle demande pas l’impossible, juste de retrouver son prince a elle.

C’est surement facile pour toi de lui rendre.

Aller un bon geste, rend le lui ou trouve lui en un tout neuf.

Si tu peu distribuer des cadeaux a tout les enfants de la terre dans une seul nuit, tu peu surement lui trouver son prince.

Ben remarque Père Nowel que c’est pas une demande que je te fais, c est un ordre que je te donne, souviens toi que j’ai tout plein de photos de toi dans des positions pas trop populaire.

Ben oui je sais !!! je sais !!!

Tu ma rendu mon Kif-Kif, ben oui , je té remercié  je t’en suis reconnaissance.

Mais a la grosseur de bedaine que tu as,  surement que tu peu aider Véro.

Surement encore un peu de magie dans ça .Un peu de poudre de perlimpimpin et hop hop

C’est impossible que ce soit que de la ……. ouppsss un tit peu plus et j’étais vulgaire

Aller force toi encore un peu, te reste encore quelque jours avant Nowel et ensuite tu retourne dans les pays chaud a te faire doré la pense au soleil.

Hé oui !!! je suis au courrant de ça aussi.

Et si tu veux pas que je publis tout ce que j’ai sur toi a ce sujet , ta intéret a te presser.

A bientôt  pépé

 

 

 

( 6 décembre, 2007 )

ENFIN DE L’ACTION..

Hé ben Père Noël. Tu te fais désirer.  C’est quand même pas croyable de  garder tout le taff  pour le même soir.

Je te donne la possibilité de prendre un peu d’avance sur ta distribution de cadeau et tu prends même pas la peine de  me répondre.

Alors j’en conclue que tu es de mauvaise fois.

Alors maintenant on va sortir l’artillerie lourde.

Hé oui je t’avais prévenu, faut pas croire que je lance que des paroles en l’air.

Pour débuter mon petit chantage je te fais voir une preuve d’un certain 24 décembre, ce soir de Noël que je t’avais demandé un petit traineau, et que par manque de professionnaliste tu m’avais donné une paire de rideau qui devais aller a la voisine.

Étant enfant j’avais vu que tu étais chez cette voisine et je savais qu’elle n’avait  pas d’enfant, je trouvais bizarre que tu te sois arrêté  a cette maison, j’étais sortie dans la nuit pour essayer de comprendre pourquoi tu avais pris le temps de t’y attarder.

Ce que je vis ma totalement renversée.

Que pouvais bien t’avoir fais cette dame pour que tu lui administre une fessé le soir de Noël ?

J’étais repartie en courant chez moi , le cœur battant de peur. Toute en courant j’essayais de faire l’inventaire  de toute mes mauvaises actions de l’année, et crois moi que j’en avais toute une liste, la peur au ventre et la tête pleine de remords j’ai eu l’idée de prendre la caméra qui trônais sur le buffet de l’entrée et je suis ressortie a toute vitesse pour une capture d’écran.

Heu ben !!!  Pas capture d’écran mais capture de preuve.

santaspanks1.jpg picture by paschatblog 

La pauvre elle criait et demandait pardon, le cul à l’air sur tes genoux, les fesses rougie par tes claques répétées, la corde de son string étirée, les cheveux en bataille, les seins écrasés sur tes genoux, la peur dans le regard.

Sur le coup j’ai pensé que tu étais en colère parce qu’elle t’avais pas laissé un verre de lait et des biscuits au pépites de chocolat sur la table près du sapin, mais a voir ton regard j’ai vite compris que tu avais profité de la bouteille de vin qui était maintenant le cul en l’air et tête bêche dans le sault a glace, tes yeux étaient rieurs et tu y prenais un malin plaisir.

J’ai pas voulus en voir plus, et je me suis sauvé avec ma preuve dans ma caméra.

Je me disais que si la dame voulait porter plainte elle serait heureuse d’avoir Paschat comme petite voisine chipie.

Mais voilà, de plainte il n’y a pas eu. Et quand mes parents on reçu les photos après la période des fêtes fini, je trouvais drôle de voir leurs sourires a la vue de la fameuse photo.

Alors maintenant dis moi Père  Noël !!!! C’est normal de foutre une raclée a toute les jolies dame que tu rencontre le soir de Noël ?

Tu serais pas un peu vicieux par hasard ?

Maintenant tu prévois de lui rendre quand son prince a Véro ?

@+ avec d’autre preuves Santa Chose.

( 6 décembre, 2007 )

LA SUITE..

Me re voilà Pépé Noël avec un peu de rage . Nous sommes a 12 jours du soir de Noël , tu va devoir commencer a penser a te lever de ton fauteuil !! Non mais quand même si ta besoin d’une surprise pour en sortir je crois que j’ai ça en stock, attend je te t’explique.

Te souviens-tu d’un soir de Noël tout spécial, celui du livre de blague pour remplacer la bague que j’avais demandé ?

Ben ce soir là j’avais été me coucher tôt, j’étais trop en colère d’avoir reçu cette cochonnerie de livre et au lieu de me mettre à chialer, j’avais décidé de disparaitre sous la couette, elle au moins elle me comprenait la couette.

J’avais réussis a m’endormir assez tôt malgré tout, mais je sais pas peu être une heure plus tard un son bizarre m’avait réveillé.

C’étais un son semblable à celui quand on fouette un tapis pour en faire sortir la poussière.

Mais bon , je me suis dis que c’étais pas vraiment le temps de faire du ménage une nuit de Noël, je me suis levé et sans bruit j’ai ouvert la porte de ma chambre pour regarder ce qui se passais dans la maison , j’ai donc avancé dans le corridor qui menais au salon. J’avais encore les yeux plein de sommeil et toute en marchand sans bruit je baillais à m’en décrocher les mâchoires.

Quelle ne fut pas ma surprise en refermant la bouche et en ouvrant les yeux (hé oui c est quand même curieux le principe du baillage, la bouche s’ouvre toute grande et les yeux sont fermés bien serrés, et quand on fini de bailler c’est le contraire qui se produit, la bouche se referme et te voilà pris avec une paire de yeux grand ouvert et pisseux. Alala on dira ce qu’on voudra mais c’est bien fais le corps humain)rire.gif image by paschatblog

Bon j’en étais ou avec mon histoire ? A oui au bout du corridor !!!! Ben oui ce que j’avais sous mes yeux encore pisseux du baillage c’étais une belle grosse paire de fesse de Santa Chose, décoré d’un miniscule cordon perdu entre ses boules de fesses, et lui étais a genoux à se faire dépoussiérer l’arrière train comme un vulgaire paillasson par nul autre que super maman.

perenoel5.jpg picture by paschatblog

(Z’avez vu ses tits bas blanc ? e008.gif picture by paschatblog)

Je vous avoues que j’ai jamais été si fière de ma maman que cette nuit là, je me disais en moi-même « Enfin elle lui donne une bonne fessée pour tout les cadeaux ratés que sa fifille a dû subir». J’étais jeune à cette époque, moi si je voyais quelqu’un se faire talocher de cette manière ça pouvais être que parce qu’il avait fait une terrible connerie…Aie aie aie, mon opinion a beaucoup changée depuis. Moi qui avais gardé cette photo précieusement en souvenir du beau geste que super maman avait fait pour moi, je me retrouvais maintenant avec une autre utilité a cette photo.

Alors tu vois Papy Noël cette photo va servir a mon chantage pour aider Véro dans sa liste de cadeaux

Hé le vieux !!! Tu sais pas ? Je me cherche un hébergeur pour la prochaine photo.

Le photobucket ma supprimé une sur laquelle on te voyait en costume d’Adam.

M’on dit que j’avais transgressé mon contrat de ne pas me servir de leur hébergeur pour faire la promotion de nu.

Je cherche, je cherche. Je suis certaine de trouver, t’inquiète.rire.gif image by paschatblog

@+ Papy

P/S je t’envois cette article sur ta boite mail santachose@polenord.fr pour être certaine que tu en prends connaissance, de cette manière tu pourras pas me dire que tu es pas au courent.

12
Page Suivante »
|