( 17 septembre, 2008 )

Miss Jade Brett/M.Le directeur

La porte s’ouvrit  et le directeur s’approcha de Jade pour lui demander tout bas de passer a son bureau sitôt qu’elle aurait la chance de se libérer, Jade lui promis que d’ici 10 minutes elle serais là.Une fois la porte refermée, elle se demanda ce que pouvais bien lui vouloir le directeur sitôt ce matin. Elle  demanda à ses élèves d’entreprendre un fichier bien spécifique avec Excel et sortie de sa classe pour se diriger vers le bureau du directeur.

Un petit malaise lui donnait des frissons dans le cou en pensant qu’elle avait bien mal choisi son matin pour omettre de porter petite culotte et soutiens gorge.

Elle trouva le bureau de la secrétaire vide, attendit  une minute ou deux son retour et se décida de frapper a la porte sans avoir été annoncée

Petit coup frappé a la porte et aussitôt on la pria  d’entrer.

Une vaste pièce bien éclairée ou trônait un immense bureau en acajou, de magnifique fauteuil et une causeuse en cuir  meublaient le centre. Les murs étaient tapissés d’étagères remplis de bouquins avec ici et là de petits bibelots antiques, le tout formait un endroit agréable pour y travailler.

Un peu mal a l’aise  Jade salua poliment le directeur qui lui fit signe de prendre place dans le fauteuil a droite du bureau

Une certaine gène de part et d’autre flottait dans la pièce, Jade pour le fait de ne pas porter de sous vêtements dans ce lieu et le directeur pour trouver les mots qui expliquerais le pourquoi de sa présence en ce lieu.

‘’Miss Brett j’ai eu vent d’une certaine rumeur qui circule actuellement a votre sujet »

Ah bon !!! murmura Jade. Et de qu’elle rumeur s’agit-il M. Le directeur ?

Aurais-je fait une chose qui aurais déplut ?

Je me suis laisser dire que vous aviez un comportement assez euhhhh comment dirais-je ? ‘’Familier avec vos élèves »

Pourriez- vous svp m’expliquer pour que je comprenne monsieur ? De qu’elle comportement s’agit- il ?

J’ai toujours pensé que j’agissais pour le bien de mes élèves. Ne suis-je pas LE cour dans lequel on remarque le plus bas tôt d’absentéisme actuellement ?

‘’Elle sentit qu’elle avait l‘avantage de la situation et en profita pour l’augmenter »

Je me souviens très bien du début de cette année scolaire ou je me suis retrouver avec des étudiants cachés sous des fringues de clochards et aussi des demoiselles mal fagotées qui avaient plus l’allure de fille de rue que d’étudiante.

J’ai réussis à changer le climat malsain qui régnait du matin au soir dans cette classe, des bagarres, des engueulades, même l’air y est mieux respirable actuellement du fait d’une meilleur hygiène.

Après cette tirade le directeur se retrouvas stoppé dans son élan et Jade en profita pour décroiser les jambes et ficher son regard dans les yeux de glace de l’homme.

Le mouvement qu’elle fit pour replacer sa jambe gauche sur la droite laissa entrevoir une petite partit de son trésor intime, les yeux de glace devinrent tout rond d’incrédulités. Étant donné que la balle était dans son camp elle décida d’en user. D’un geste un peu timide, elle se mit à tripoter son collier, trouvas le petit crochet de fermeture et hypocritement l’ouvrit. Le collier se retrouva dans la camisole rose caché sous un petit chemisier blanc. Après avoir murmuré un petit ouppss de surprise, elle dû se lever pour laisser le collier glisser entre le tissu et sa peau et il se retrouva par terre et d’une manière toute féminine se pencha pour le ramasser.

Bien entendu le geste de décroiser a nouveau les jambes pour se lever n’échappa pas a M.Le directeur qui de nouveau y  plongea ses deux yeux de glace.

Ensuite le spectacle que lui offrit Jade en se penchant doucement devant lui le rendit vraiment mal a l’aise, tellement qu’il ne vit pas le stratagème  qui se passait sous ses yeux, faut dire qu’ils étaient bien occupé ses yeux.

D’un geste de la main elle poussa le collier sous le bureau d’une manière a ce qu’il soit inaccessible du devant, se releva en laissant sa camisole débraillée, fit mine de remettre de l’ordre dans sa tenue en bombant la poitrine et toute en tirant sur les pants de la camisole pour laisser paraitre la pointe de ses seins qui menaçaient de percer le fin tissu  s’excusa au près de M.Le directeur.

Celui-ci  poussa son fauteuil et voulu récupérer le bijou, mais Jade s’empressa  de s’approcher  près du fauteuil du M.Le direc et le pria de lui laisser la chance de récupérer elle-même le bijou,

M.Le direct n’eu pas le choix de faire reculer son fauteuil pour faire place a Jade qui s’imposait.

Elle se retrouva a quatre pattes sous le bureau et pris son temps, faut dire que l’endroit était sombre et que le bijou était minime, elle avançait en tripotant le tapis de la main gauche a la recherche de la petite chaine et par la même occasion elle frétillait du bassin, ce qui fit retrousser la jupe qui laissa bientôt apparaitre une magnifique petite paire de fesse bien appétissante.

M.Le direc ne perdait rien de la situation, bien au contraire, a voir son visage on aurais pu croire qu’il avait une attaque d’apoplexie, les yeux de glace devinrent rond comme des billes, il se plaça la main dans le front en un geste de surprise, ce qui empêcha ses deux yeux de glace de rouler par terre, la bouche grande ouverte dans la forme d’un O majuscule, ne sachant plus trop que faire.

A cet instant précis un petit toc toc se fit entendre et la porte s’ouvrit dans un petit grincement. Les deux pieds de M.Le direc se soulevèrent de terre pour se rabattre aussitôt dans un mouvement de surprise. Par chance que le plancher était recouvert de tapis, sinon ce geste n’aurait pas passé inaperçu et aurais surement intrigué la vieille secrétaire qui n’avait pas l’habitude de faire sursauter son patron.

Elle s’approchait d’un pas décidé vers le bureau, les mains chargées de dossiers toute en  jacassant comme a son habitude, et horreur !!  Son habitude était de se placer à la droite de M.Le direc en attendant que celui-ci signe certain document dont elle avait besoin expressément.

Sans aucune égard pour Jade toujours a quatre pattes sous le bureau il avança son fauteuil pour cacher ce spectacle a la vue de Yolande et la pria sur le champ de déposer les dossiers sur le bureau et lui expliqua qu’il signerait le tout et l’avertirait sitôt fini.

Mais Yolande n’avait pas pour habitude de laisser trainer ses dossiers sur aucun bureau, et c’est pas ce matin que ça changerais.

Elle voulue plaider sa cause, lui expliquer que certain dossiers devaient être traitées en toute priorité, mais elle stoppa sa plaidoirie a la vue de la figure de M.Le direc.

‘’Vous vous sentez bien monsieur ? ‘’

Aucun son ne sorti de la bouche du directeur, par contre ses yeux écartiez démontraient une certaine souffrance, ce qui inquiéta la bonne dame Yolande qui voulu dans sa grande bonté prodigué les soins approprié a son cher directeur.

D’un geste de la main il lui indiqua la porte en la priant de le laisser seul pour l’instant, toute en bougeant les fesses sur son fauteuil il se passait à nouveau la main sur le front, surement encore pour empêcher ses yeux de rouler sur le tapis.

Ce que la bonne Yolande ne savait pas, c’est qu’a l’instant même ou elle voulait lui prodiguer ses petits soins a son directeur, quelqu’un d’autre lui en offraient. Et qu’elle soins !!!!

Sitôt que Jade avait entendue gratter a la porte, elle s’était placé en mode ‘’Petite Jade » sous le bureau, elle s’était retournée et placée de face a M.Le direc. A partir de cet instant M.Le direc sentait le souffle chaud de Jade sur sa cuisse, pour ensuite se rendre compte qu’une main prenait appuis sur la dite cuisse, c’est là que les yeux du directeur avaient pris des proportions démesurées et que ça bouche se refusait à se refermer, ce qui avait inquiété la bonne Yolande.

Le pauvre M.Ledirec était dans une situation peu commune, ne sachant plus trop quoi faire, il se trémoussait sur une fesse puis sur l’autre, ce qui inquiéta grave la curieuse Yolande qui voulait à tout pris s’approcher de son directeur pour lui porter secours.

Ne pouvant maintenant plus se lever de son fauteuil, pour cause de manque de tissu a son pantalon, hé oui !!! Son membre avait pris des proportions énorme, il voulait même sortir le bout du nez pour prendre un peu l’air, ce qui n’échappa pas a la chipie de Jade qui  dans un geste qui provoqua  un petit zipppppp s’empressa de libérer l’organe dans toute sa splendeur, et sans perdre de temps le pris a pleine main.

Le spectacle de la figure de M.Le direc à cet instant aurait fait un vidéo de première si quelqu’un avait réussi a tout filmer.

Yolande de plus en plus inquiète voyait toute une palette de couleur défiler sur les joues du directeur, qui lui était a deux doigt de sentir son cœur exploser dans sa poitrine, ce qui lui fit penser que si c’était ce genre de symptômes  qu’on ressentait avant une attaque cardiaque, et bien ma fois c’était quand même pas si mal.

Le coup fatal lui fut administré quand il sentit une charmante paire de lèvres humide, chaude, gourmande, et même vorace s’emparer de son gland déjà humide, un petit son de surprise se fit entendre. Du coup il pensa que ce son venait justement de son gland qui protestait contre  ce genre de harcellement,  mais fini par se rendre compte que le petit gémissement sortait tout droit de sa bouche encore en forme de O majuscule.

Jade commença de long vas et viens sur le membre directorial de son supérieur, elle pris le temps de mouiller de sa salive le bout de son gland et de faire de petits bruits gourmand, ce qui inquiéta M.Le direc, étant donné la présence de Yolande, il se racla la gorge pour faire diversion, mais Jade augmenta son volume de son .

La grosse panique s’emparas de M.Le direc ,il pria Yolande de sortir  et de le laisser finir un travaille urgent qu’il devait absolument expédier ‘’in extrémis » sous peine de catastrophe.

Sous le bureau Jade laissa l’organe directorial et se mit a rire de bon cœur, mais repris vite sa petite manipulation au grand plaisir de son supérieur.

Yolande se dirigea d’un pas incertain vers le porte et ne pu s’empêcher de jeter un dernier coup d’œil derrière elle pour s’assurer que son directeur était toujours assis et non le nez planté dans la moquette, c’est alors que son regard fut attiré par un petit éclat brillant sous le bureau de son directeur. Elle voulu faire marche arrière en expliquant ce qu’elle voyait, mais le directeur se fâcha pour de bon et lui indiçât la porte pour une dernière fois.

Une fois seul il renversa la tête sur l’appuis de son fauteuil, se pris le visage a deux mains, couina, gémis, souffla comme bœuf, serra a deux mains les accoudoirs  de son fauteuil, commença a bouger son bassin en direction de cette bouche si accueillante, chaude, humide, gourmande et vorace, voulu faire durer le plaisir le plus longtemps possible, caressa la tête  de Jade pour lui exprimer sa reconnaissance pour ce traitement royal avec lequel elle le gratifiait et s’abandonna. Advienne que pourras, si quelqu’un entrait en ce moment  on le trouverait dans cette état d’excitation un point c’est tout.

Jade accéléra la cadence, ajouta de la pression a ses lèvres, l’enfourna de plus en plus profond, joua de la langue, enserra le membre a la base pour faire durer le plaisir le plus longtemps possible. De son coté M.Le direc sentait monter de ses couilles une vaque de sperme exactement comme du mercure dans un thermomètre que l’on place dans un récipient d’eau très chaude   et qui menace à tout moment de gicler comme un geyser .

Une longue plainte accompagna la première giclé  de sperme chaud, suivit d’une seconde et troisième qui emplit la bouche de Jade qui ne laissa rien  se perdre, elle continua de malmener l’organe en folie encouragé par les sons de plaisir de son supérieur qui la haut était comme fou.

Après plusieurs caresses du bout de la langue, le membre  repris son volume normal. Jade en profita pour minauder des petites cochonneries en frottant sa joue sur ce belle animal endormi, lui fit un dernier petit bisou le replaça en sécurité dans le pantalon, remonta la fermeture dans un petit bruit de zipppppp et se mit en frais de sortir de sa cachette.

Le directeur était dans un autre monde, affalé dans son fauteuil le souffle encore rapide, les yeux mi-clos il pria Jade de lui laisser un peu de temps pour récupérer ses esprits. ‘’Pardon dit-il, mais je suis vidé » Jade retient un fou rire en pensant que M.Le direc ne pouvait pas mieux s’exprimer

A cet instant on entendit la cloche qui annonçait la pause de l’avant midi,  Jade en profita donc pour se diriger vers la porte  du bureau en espérant que la bonne Yolande serais partie a la cafétéria pour son café.

Une fois la porte ouverte elle la referma en se retournant face a M.Le direc et avec une petite air de se souvenir d’une chose un peu banale  lui demanda avec une petite voix mielleuse. ‘’A propos des rumeurs dont vous vouliez m’entretenir » Il prit aussitôt la parole et lui répondit ‘’ Rumeurs ? Mais de quelle rumeur est-il question Miss Brett? 

Vous m’aviez dit que vous aviez eu vent de rumeurs me concernant !!!

Moi ? Non jamais.  C’est surement un mal entendu Miss Brett.

Aller maintenant retourner en classe, vos élèves vont bientôt revenir de leur pause.

Elle lui sourit en faisant le geste avec le pouce et l’index de caresser les commissures de sa bouche et sortie du bureau.

     

 

 

( 16 septembre, 2008 )

Miss Jade Brett / Carl

Miss Brett !!! Miss Brett, puis-je sortir de la classe un certain temps?Je  me sens pas bien…..

Carl  un grand gaillard de 19 ans bâtis comme une armoire a glace, était tout pâle et ses yeux étaient brillant d’un je ne sais quoi.

Jade s’approchas de l’élève pour s’assurer  qu’il était quand même en mesure de se diriger de lui-même vers la porte, et décidas de l’accompagner vers l’infirmerie pour plus de sécurité.

Miss Brett ne voulait surtout pas voir ce grand  gaillard s’écrouler sur le plancher et se fracasser le crâne.

Passé la porte elle le dirige vers l’infirmerie, mais Carl lui assure qu’une petite visite au toilette devrait lui faire le plus grand bien, se rafraichir les mains et le visage avec de l’eau froide, prendre le temps de faire de grands respires toute en gardant les yeux fermés devrais le retaper pour le reste de la journée.

Oui tout ça c’est bien beau, mais Jade commence à trouver la brillance de ses yeux un peu bizarre. Normalement quand nous sommes indisposé au point de vouloir sortir de classe on à pas les yeux aussi brillant, et on ne plonge pas sans retenu ses yeux dans le décolleté de son prof avec autant de convoitise.

Toute en baissant les yeux sur la ceinture de Carl, elle constate un renflement au niveau de la fermeture éclair du jeans, et un sourire se dessine sur ses lèvres.

C’était donc ce qui perturbait le jeune homme, le cour d’informatique avait pris une drôle de tournure.

Après avoir ouvert un lien toute a fait réglos, des pubs sexy avaient emplis l’écran. Le temps que Jade s’excuse et referme le tout, les élèves en avaient profité pour entamer des conversations sur leur discutions sur le net, et a voir les résultats du renflement de jeans,  le Carl devait avoir de très bonne copine sur le net.

Miss Brett décida donc de profiter un peu de la situation.

Elle affirma qu’elle ne voulait prendre aucun risque, qu’elle l’accompagnerait au toilette pour s’assurer qu’il ne lui arrive rien de fâcheux, et toute en se dirigeant vers cette endroit, elle en profita pour dégrafer les 2 premiers boutons de son chemisier.

Une fois la porte refermée derrière eux, elle s’empressa de prendre un papier qu’elle mouilla d’eau fraiche et se planta devant le frétillant Carl qui avait peine à se contenir. Elle glissa une main derrière sa nuque et l’invita à pencher la tête sur le devant de sa poitrine, lui plaça le papier mouillé sur la nuque en lui assurant que ça lui ferait le plus grand bien. L’autre main fourrageait dans la tignasse du blondinet

Ce qui lui fit le plus grand bien en fin de compte fut que son nez frôlait l’entre seins de la belle Miss. Il en profita pour respirer a plein nez son parfum sucré et a reluquer ce charmant sillon rosé. Une chaleur corporelle bienfaisante chatouillait ses joues, son sexe répondait a tout les attraits de la belle prof.

Un sentiment de hardiesse l’emporta sur la gêne et il laissa échapper un petit couinement qui se termina par une toute petite phrase ‘’ Miss Brett votre odeur me rend fou ».

Les mains de Carl remontaient le long du corps de Jade et finirent leur balade sur les pants de son  chemisier, une main douce se posa sur un sein et l’autre se mit en frais d’ouvrir le vêtement pour mieux admirer les formes alléchantes et rondes, comme deux beaux fruits frais qui demandaient à être goûtés.

Au début les caresses étaient timide et un peu maladroite, mais après s’être rendu compte qu’il était espéré et désiré, le jeune homme glissa ses lèvres sur la bouche de Jade et l’embrassa timidement et deviens très vite très gourmand, ses bras se refermaient sur le corps chaud et complaisant.

Ses mains disparaissaient sous le chemisier et avec impatience libéraient les seins pour les goûter, frôler, humer, lécher.

Miss Brett était aux anges et dodelinait de la tête et profitait de ce jeune homme si tendre et mignon.  Toute en se laissant caresser, elle le guida ver le lavabo. Déjà Carl avait glissé sa main entre les cuisses ouverte et chaude, caressait son pubis et s’infiltrait entre les lèvres humide et chaude, s’enhardissait a visiter du bout du doigt l’intérieur de ce  volcan si attirant.

Jade s’empressa d’ouvrir la fermeture éclair de Carl et libéra son membre dur et brulant. Le jeune homme émit une plainte de ravissement, pris Jade par la taille et la posa sur le bord du lavabo, lui écarta les cuisses  et d’une main de maitre taquina du bout de son gland le bouton rose de Jade.

Après plusieurs minutes de ce traitement, l’excitation était a son comble, le couple avait perdu toute notion de temps, d’endroit, de professeur et d’élève, l’envie, le désir de jouissance, les baisers fou et mouillés, la peur de se faire prendre en flagrant délit dans cette endroit ou a n’importe qu’elle moment quelqu’un pouvait apparaitre, l’odeur de leur sexe en folies, les bruits mouillés de pénétration, les jambes de Jade entouraient les hanches de Carl, les bouches avides de la langue du partenaire, les souffles saccadés, le corps offert de Jade, le sexe de Carl qui allait et venait entre ses lèvres maintenant baveuse  de liqueur séminale et de cyprine.

Les deux corps étaient maintenant en mode automatique, le seul but était maintenant d’atteindre la jouissance qui tout à coup éclatât pour Carl et qui fût suivis de près par Jade.

Les corps se raidirent, des bruits de plaisir emplirent la pièce, grognement de Carl, couinement de Jade, soupirs, souffle chaud et fou, les bras qui serrent fort le corps du partenaire, l’abandon total.

Une fois revenu a la normal, fallait vite tout remettre en place, vêtement, coiffure, aspect corporel. L’eau fraiche fût d’un grand secours, après avoir aspergé visage et coup, mains lavées, il fût décidé que Jade entrerait en classe seul et Carl reviendrait que trente minutes plus tard, pour laisser le temps a son supposé malaise de disparaitre.

A son retour en classe Jade sentait bien les regards posés sur elle, mais elle ne laissa rien transparaitre, sauf qu’elle avait  les yeux pétillants et un   sourire de satisfaction.

( 18 mai, 2008 )

Miss Jade Brett

 Déjà deux semaines que les cours ont recommencés au lycée, et je vous avoue que l’atmosphère me plait énormément. Cette année va être une vraie partie de plaisir si tout continue dans cette veine.

Une nouvelle petite prof vient de faire son entrée chez nous. Toute mignonne, sexy, un regard de braise, une manière de bouger qui fait que tous la regarde, se tournent et se retourne sur son passage. Elle a un je ne sais quoi dans sa manière d’être qui dégage une sensualité  toute naturelle. Même ses cheveux sont sexy, et pour son habillement olala !!!  Mes ptits mecs vont avoir les yeux fixés sur elle toute l’année. J’en connais  même certain qui vont en perdre le sommeil, croyais moi.

J’ai trop  de chose à vous raconter, alors on laisse tomber les fioritures et goooooo !!

Ce matin elle s’est pointée avec une jupe en cuir et un chemisier rose avec une sorte de jabot  de dentelles blanches sur le devant. En dessous un petit t-shirt  blanc lui aussi qui laisse voir la naissance de ses seins bien ronds.

J’ai omis de vous dire que pour ce qui est de ses seins la nature la passablement  avantagée »95B » et du naturel, s’il vous plait,  pas du Silicone Valley des studios de cinéma américain!! Non non, du vrai de vrai, fermes et un peu tombant tout de même. Hargneux et tendus à souhait, comme prêts à vous sauter dessus !! Humm !! 

Le pauvre Manu l’a appris à ses dépends, hé oui !!!!

La semaine dernière ne comprenant pas  un problème  avec son Office Exel , Jade c’est approchée de lui pour l’aider , c’est penchée sur son épaule,  un peu appuyée  j’oserais dire, même… Elle a tendue la main  droite vers le clavier, la seconde suivante, la main gauche rejoignait  sa consœur  de l’autre coté du Manu pour  taper une formule  de math. Et tout ça, je vous le donne en mille, avec la tête du Manu bien appuyée au chaud, entre les seins de la prof… Le pauvre n’osait bouger, la bouche ouverte, les yeux  fixent, partis le Manu !! Pour la première fois de sa vie il vivait  une promiscuité avec une femme et ma fois il réagissait  assez bizarrement.

Elle lui expliquait comment cacher certain résultats  dans des zones spécifiques et comment les additionner pour  avoir un total de tout l’ensemble, mais le Manu avait qu’une seule chose a cacher  à ce moment précis. C’était le fait que son jeans devenait de plus en plus inconfortable, sa chemise avait comme une vie indépendante de son corps. Elle avait l’air de respirer tellement elle bougeait d’elle-même sur son torse au rythme des  battements de  son cœur. Et bien, vous ne me croirez pas, mais la Jade  ne perdait rien du spectacle qui se déroulait sous ses seins. Le boum boum d’enfer de mon Manu l’a tenait en haleine et l’excitait elle-même au plus haut point.

Pour mieux lui expliquer les fonctions elle lui murmura à l’oreille de se lever pour lui céder sa place. Il le fit timidement en gardant le dos rond pour camoufler une belle déformation oblongue sous sa braguette.

Elle prit place tout naturellement, ajusta son chemisier  pour libérer ses seins un peu serrés sous le t-shirt blanc moulant, fit le geste du pianiste qui va jouer le concerto qui l’a rendu mondialement célèbre à tout jamais. Elle jeta un regard alentours à toute sa classe qui ne pipait mot et ne perdait rien du spectacle. Enfin, elle commença à pianoter sur le clavier de ses mains véloces.

La première chose qu’elle fit fut de changer  la taille de la police,  de 12 elle la diminua à 8…  A cette taille, le pauvre Manu du s’approcher pour mieux suivre les manips. Quel hasard, lol !!

Tout en lui montrant du doigt les cellules qu’elle allait  travailler elle en profita pour tirer sur le bas de son t-shirt. Le résultat fut aussitôt remarquable en provoquant un magnifique décolleté plongeant !! Les yeux dessus d’autorité, le pauvre Manu, lui, laissa échapper un petit gémissement  de découragement pour son jeans qui maintenant menaçait de craquer. Jade laissa son regard glisser sur l’érection maintenant impossible à camoufler, fit un hummm tout discret, caressa la souris du bout de ses doigts comme si c’était le sexe du pauvre garçon qui se trouvait à sa portée, pris dans ses filets. Elle bougea le coude pour venir frôler discrètement  la bosse sur le devant du jeans, pris une grande respiration et bomba le torse pour l’exciter encore un plus… Elle glissa sa langue sur ses lèvres, fit un petit mouvement du bassin qui fit retrousser sa jupe, et dans  un soupir bien contrôlé, elle  lui demanda si l’explication était  claire.

Manu compris surement tout de travers,  dans le genre :  » l’excitation  est-elle clair ?  » car quelques balbutiements  trouvèrent la sortie de sa bouche pour venir mourir dans un silence  de mort, la bouche ouverte et les yeux ronds !!

Tout en continuant de pianoter sur le clavier, le coude  s’amusait  à  frôler, frotter pousser sur le bas ventre de notre jeune homme. Dans un petit murmure, elle lui conseilla de s’approcher plus près  pour mieux voir les manipulations qui s’affichaient sur l’écran. Evidemment, Manu le fit dans un mouvement saccadé qui encouragea Jade à continuer de plus belle.

Manu était un garçon d’environ 1m77 et placé tout près  du bras de Jade il pouvait profiter discrètement de  tous ces attouchements. Il faut dire qu’elle en profitait avec un savoir faire peu commun. Tous ces gestes répétés  donnaient chaud  aux deux acteurs de cette scène  plutôt inusitée. Mon Manu avait les yeux rivés entre les seins  de la prof qui elle ne manquait pas un seul mouvement pour bien les mettre en évidence.

L’assistance observait avec intérêt… Toute la classe suivait cette scène avec dévotion, de petits couinements tous plus ou moins discrets échappaient à certains. Il faut bien reconnaitre que le spectacle était  vraiment  mené de main de « maitresse ».

Pour un début d’année scolaire, c’était  cool, cool !! On sentait bien que les prochains trimestres passeraient  d’une manière toute différente cette fois et que l’on aurait plaisir à assister aux cours de mathématiques. Prometteuse allait être l’année !!

Pour se faire pardonner d’avoir mi le pauvre Manu dans cette état elle lui conseilla d’aller se laver les mains  et de prendre son temps.

Quinze minutes plus tard le Manu revenait, timide mais moins tendu, soulagé de sa douce folie…

Jade baissa son regard sur la braguette, lui fit un clin d’œil et souris.

La cloche sonnait la fin du cours et des « déjà » fusaient de toutes parts. Nos chères têtes blondes, comme à leur habitude sortirent dans un brouhaha indescriptible et des plaisanteries égrillardes s’entendaient partout dans les rangs. Malheureusement pour notre Manu, bientôt, toute la cour fut au courant de ce qui venait de se passer ce matin avec la classe de Mme Brett, Jade de son petit nom !! Et, comme vous pouvez bien le penser, les rires raisonnèrent longtemps en tout premier lieu. Puis un cri puissant et rugissant retenti!!

  • - «Quoi Manu?? Me faire ça à moi!! Espèce de sale obsédé!! Gros dégueulasse!! Même pas foutu de me faire un baiser et tu te donnes en spectacle devant toute ta classe et files aux chiottes ensuite te soulager?? Ben là, j’en reviens pas!! Crois moi, ce n’est plus la peine de compter sur moi!!»

Et paf !!

La cour était devenue tout silence, seule Myriam criait au beau milieu face à son chéri, le beau Manu !! Celui-ci essaya bien de s’expliquer, bredouilla même un ou deux mots d’excuse mais une tonitruante gifle zébra la joue encore chaude du pauvre garçon. Complètement ahuri par tant d’émotions à la suite il détala. Les oiseaux de mauvais augure dirent même, qu’il détala la queue entre les jambes !!

 

(A suivre…Ben j’espère !!! )

 

 

 

|