( 22 octobre, 2007 )

FEMME DE L’AUBE -1-

 Quel  beau petit matin d été

6hrs30 les oiseaux chantent depuis maintenant belle lurette. Le camelot viens tout juste de déposer le journal a la porte, ma fenêtre ouverte laisse passer une douce brise qui me caresse le visage, je m’étire comme une chatte qui viens de finir son bol de lait.

G`émerge du sommeil tout doucement, je me sent toute alanguie par les rêves qui on peuplés ma nuit. Je suis tellement bien j’ai tout mon temps ce matin, je peu me permette de rester au lit , me laisser aller a continuer mon rêve , à fantasmer de toi ,je m’installe nu confortablement sur le dos , j’écarte les jambes pour laisser la brise me chatouiller, je me laisse aller a  rêvée de toi, de ton corps, de ta peau qui frémis sous mes caresses, tes mains chaude qui parcourent  mon corps en manque de toi, me lover au creux de tes bras, écarter mes jambes pour emprisonner ta cuisse ferme, onduler sur ta chair tendre, te mouiller, mettre mon odeur partout sur ta peau, ma bouche avide de toi te goutte, emprisonne ta langue, tes lèvres…te fouille, ma main qui prend ton membre, le caresse, le malmène, mon pouce taquine le bout de ton gland, je me positionne pour t’avoir entre mes cuisses, et ma main caresse mon sexe avec ton gland, le frotte a ma perle, le passe a l’entré de mon vagin, et retourne sur mon bouton  qui réagis, je fais des ronds, des vas et viens tout doux, j’étant mon humidité  avec ton membre bien raide, je descend vers mon anus que je caresse, ton bassin bouge à ma rencontre, tes mains se baladent partout sur mon corps, palpe mes fesses, les écartent, glisse tes doigts sur ma pastille, et remonte entre mes cuisses pour les mouiller et revenir a mon tit trou et me pénétrer doucement, je continue de t’embrasser, de sucer ta langue, la mordiller, je continue toujours mes caresses avec ton sexe que je frotte a mon sexe brûlant, avec ton gland je fais des ronds a l’entré  de mon vagin, je t’entend gémir doucement dans ma bouche, tu me donne la preuve que tu adore ce genre de caresses, ça m’excite, je mouille abondamment et j’accélère ma cadence, je laisse ta bouche et je la plaque sur ton mamelon, ma langue titille le bout qui ce durci rapidement, je te mouille de ma salive, je prend l’autre de la même manière le titille le mouille, je vois ta tête qui dodeline en tout sens, ton souffle qui deviens saccadé , je continue ma descente j’arrive sur ton ventre et je l’embrasse pour continuer jusqu’a  ton sexe bien dressé, mon nez capte mon odeur sur ton gland qui brille de mon plaisir, je prend ton sexe tendrement dans ma main , laisse glisser mes lèvres sur le bout, les entrouvrent pour laisse ton gland si glisser, je les referment pour en aspirer le bout, te faire des va et viens et recommencer a te lécher goulûment.

J’entend ta voix qui me demande de changer de position, de m’installer pour te permette de caresser ma chatte avec ta bouche, ta langue, je m’empresse de satisfaire ce caprice, je m’installe jambe bien écartées sur ta bouche, je sens ton souffle chaud sur  ma pastille toute frémissante, tes mains sur mes fesses, sur mes hanches, tu me presse sur ton visage, je commence a bouger d’avant arrière pour te barbouiller le visage, tu gémis de bonheur, ta langue se fais large elle me parcourt de haut en bas, s’insinue dans ma chatte et bouge au point de me faire gémir de plaisir, ta main parcourt ma raie  et viens se mouiller a ma chatte pour revenir étendre ma mouille partout, tes doigts font le tour de ma pastille et une fois bien mouillée tu commence a entrer un doigt et faire des va et viens pour  assez vite y mettre ton autre doigts, j’en perd la tête, je bouge en mettant de la pression, je frotte tout mon entre cuisse a ton visage, mon clito deviens dur et fou, j’en cris de bonheur, au point que très vite je suis parcouru d’un orgasme qui me foudroie de plein fouet, je me cambre et ne bouge plus le temps que cette tempête passe.

( 22 octobre, 2007 )

FEMME DE L’AUBE -2-

 Une fois de retour avec toi dans ce monde de magie des sens, je reprends ton sexe en bouche et te déguste, te lèche, je t’engloutie bien au fond de ma bouche et te fais des vas et viens d’enfer, je te veux toute a moi ton corps ton sperme. J’accélère ma cadence jusqu`a ce que je sente ton membre près a exploser dans ma bouche , tu me retiens de peine et misère, tu me demande encore de changer de position, tu me fais placer a genou devant toi, tu place une main dans mon dos pour me faire pencher au max, avec ton autre main tu prend ton pénis et commence a le frotter entre mes cuisses bien ouverte, tu fais des mouvements rapide sur mon clito et a l’entrer de mon vagin, tu continu encore et encore, tu me chauffe a blanc j’en peu plus, ma chatte est trempée, elle coule entre mes cuisses, tu place ton gland a l’entré de mon vagin et tu te retrouve en moi tout au fond en un seul coup, je laisse échapper un cris de surprise et de plaisir, j’entend ton souffle saccadé  tu a peine a te retenir mais tu ne bouge plus, tu ressort et tu recommence a me chauffer de la même manière, encore ton gland qui me défonce mais cette fois tu n’en peu plus et tu me pénètre sans ménagement , fort et vite, tes bourses tapent mes fesses a chaque mouvement de vas et viens, ce qui provoque ce petit bruit sourd et qui accompagne le bruit de succion de nos 2 sexes trempés, tes mouvements sont long et vite , tu entre et sort au complet, tu fini par reprendre ton sexe en main et tu viens le taper sur ma raies pour venir faire ta marque avec ton jus, tu me mouille , et frotte encore ton gland entre mes fesses, je bouge sous toi , je te veux en moi, je suis toute offerte et dans un dernier élan tu me pénètre fort et tes vas et viens deviennent infernal tu ne t’arrête plus, j’attend tes gémissements, a chaque coup de boutoir tu laisse échapper un bruit de gorge, tu accélère encore et encore, et tout a coup tes doigts entrent dans ma chair a me faire mal, et c est l’extase , ton sperme viens frapper toute au fond de moi, tu m’emplis de ton liquide chaud et visqueux je sens tes giclées qui déferlent en moi, qui me mouille et coule entre mes cuisses, se mélange a mon plaisir, et a cette instant précis je suis terrassée pour une deuxième jouissances brûlantes, je me laisse aller a gémir de bonheur, ma tête dans les draps et mon derrière très haut collé a ton sexe encore tout au fond de moi, tu continu de petits mouvements tout doux, tu te penche sur mon dos et de tes mains tu emprisonnent mes seins, je me laisse tomber sur le lit et toi tu me recouvre de ton corps un instant et ensuite tu glisse près de moi, heureux, comblé, épuisé , doucement ton souffle reprend son rythme, ton cœur retrouve sa cadence normal et tu t’endors collé a moi dans nos odeurs d amour …………….

 

|