( 15 décembre, 2008 )

Chaperon-rouge 2/3

De retour chez elle, elle dû faire des efforts pour camoufler ses pensées qui partaient a la dérive, ses joues rosissaient de malaises, son cœur s’emballait a la pensé de ces caresses si intime qu’elle avait connu, et don elle ne se doutait même pas. Elle ne vivait maintenant que pour retrouver son amant tout les deux jours. Elle en vint à ne plus supporter la façon brutale de son mari au  lit. Elle essaya de l’encourager a plus de tendresse, mais dû faite très attention pour ne pas lui laisser voir qu’elle prenait de l’expérience en amour. Si le mari c’était douté  un temps soit peu des activités de sa femme, il l’aurait enfermé a double tour dans sa chaumière et aurait exigé que sa mère vienne vive avec eu. Rien de bien réjouissant compte tenu de la vie qu’elle avait mené avant son mariage.Les visites chez sa belle mère étaient devenues un cadeau de la vie, elle resplendissait de bonheur. Mais …. Et oui y a toujours un mais dans les contes. Un après midi elle trouva sa belle mère encore au lit et  fiévreuse, elle dû l’aider à se nourrir et à faire sa toilette et avant de quitter lui promis de revenir tôt le lendemain matin. Un peu inquiète elle raconta à son amant ses craintes au sujet de la santé de la vieille dame, mais comme tout le monde  le sait, les amoureux sont seuls au monde,  et ce petit tracas s’envola vite pour laisser  place aux ébats des amants

Les baisers passionnés, les caresses, les mots d’amour murmurés firent tellement d’effet sur notre joli Chaperon qu’elle voulue en faire un peu plus pour faire grimper au 7* ciel sont amant chéri.

Elle le combla de baisers, gouta sa peau bronzée, fit jouer sa langue sur les mamelons, taquina son ventre du bout de la langue, et quand elle le senti vraiment fort excité, sa bouche se mit à caresser tout doucement son membre brûlant. Il s’offrit a elle tendrement, la laissa le découvrir a sa façon, n’exigea rien mais profita de tout. Timidement au début sa bouche un peu maladroite gouta ce membre dur et chaud. En murmurant elle lui demanda s’il appréciait ce genre de caresse. La réponse lui fut fourni par de petit oui gémit dans un souffle court, les doigts tremblaient dans la chevelure brune de Chaperon en exerçant une infime pression pour l’encourager à continuer cette sublime caresse. Elle en prenait autant de plaisir que lui, elle devint même gourmande, l’enfourna au plus profond de sa bouche, caressait ses couilles pleine et chaude, elle s’excitait a telle point qu’elle du glisser sa main libre entre ses cuisses et malmener son bouton brûlant, ce qui augmenta la voracité de sa bouche, elle en perdait complètement la tête.

 Elle senti monter un volcan dans sa grotte d’amour et perdit tout contrôle  sur sa bouche qui pompait le dard puissant  de son amant. A l’instant où le feu pris possession de son ventre elle le supplia de la prendre sur le champ, ce qu’il fit sans hésitation. Il se donna corps et âme a sa tâche et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire chaperon  et lui subissaient  une fulgurante jouissante qui la fit  pleurer, rire et gémir toute a la fois.

Pas de commentaires à “ Chaperon-rouge 2/3 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|