( 7 décembre, 2008 )

Remembrances / Paul Verlaine

Lorsque j’étais petit enfant, j’avais coutume,

Pour évoquer la femme et bercer l’amertume

De n’avoir qu’une queue imperceptible

Bout dérisoire, prépuce immense sous quoi

Tout le sperme à venir   ô terreur sébacée

De me branler avec cette bonne pensée

D’une bonne d’enfant à motte de velours.

Depuis je décalotte, et me branle toujours.

Pas de commentaires à “ Remembrances / Paul Verlaine ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|