( 29 juillet, 2008 )

Anathème # 68

Des murmures d’approbations montaient de loin en loin  tout au long du discours du prêtre… Vic, qui n’était que semi consciente au départ se demandait maintenant, plus lucide, à ce qu’elle pouvait bien assister ici, en tant que participante obligée …«Est-ce possible que se soit vraiment un prêtre? Pourquoi un tel dialogue dans un tel lieu? La religion avait elle tant changée et son exercice aussi.Etais-ce vraiment cela que l’on apprenait au tout jeune prêtre?»

La bizarrerie de cette diatribe peu ordinaire l’avait totalement tirée de sa torpeur et de son alanguissement prolongé. Elle pouvait voir l’homme en question, là haut dans son petit kiosque de bois grinçant à chaque mouvement brusque. Finement travaillé et orné de volutes enlaçant un cœur à la manière du tatouage d’Ami, la chaire branlait un peu sous la fouge du prédicateur. Celui ci faisait son prêche avec flamme et semble t-il passion. Le prêtre en question était jeune à n’en pas douter car très alerte dans ses gesticulations !! L’ardeur de corps avait accompagné son allocution effervescente de tête tout au long de l’harangue. Sa silhouette se balançait au fur et à mesure de l’avancement de ce drôle de catéchisme, dans la toute relative pénombre de l’édifice.

De partout, le monument était baigné de l’orange flamboyant des cierges et chandeliers disséminés sur les colonnades des petites arcades voûtées. La lumière douce qui maintenant réchauffée l’air de l’église montait à l’assaut des vielles pierres calcaires du pourtour de l’édifice et lui donné une teinte ocre et presque chaude. L’architecture intérieure était elle aussi peu habituelle. Soit, on retrouvait comme à l’habitude de tous ces genres de bâtiments religieux, une allée centrale large avec de parts et d’autres de simples bancs de bois.  Mais aussi, de chaque côté un déambulatoire assez peu élevé enclavaient l’assistance et faisait des coulées d’ombres à la lumière tremblante des candélabres sur l’assemblée des fidèles présents. Les petites arcades des plus étonnantes, arc en plein-cintre de pierres blanches des cathédrales et non grises du pays comme tout le reste des murs étaient rehaussées de briques rouges. Jamais Vic n’avait vu d’autre église romane ainsi construite dans la région ou dans toutes autres régions de France, ou de Navarre d’ailleurs !! L’ambiance en était des plus particulières, mystiques, inquiétantes et en même temps chaudes et accueillantes en son sein. Les yeux de Vic se portèrent sur les vitraux étroits que lui avait décrits la maîtresse d’école dans son journal intime. Points par points, un à un, elle les reconnu tous !!

 « Tout cela aussi, n’était donc pas mensonges et affabulations!! Oui… je vis donc là quelque chose vieux de plus d’un siècle et suis les traces de cette Constance… Comment est-ce possible ? C’est tout bonnement impossible, incroyable !! »

Pas de commentaires à “ Anathème # 68 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|