( 22 mars, 2008 )

Un W.E. sans but -4/4

Et pour me surprendre il ma surpris !!!

 D’un déclic il a enlevé sa ceinture, placé le genou gauche sur le rebord de la table et pris position à genoux au dessus de moi. Ses mouvements bien orchestrés, comme un ballet, ne sont que souplesse et douceur.

Bien installé accroupis sur mes genoux, la chaleur de son corps  tout de suite  électrise… Ses fesses rondes, appuyées à mes cuisses me communique délicatement la chaleur de son sexe qui pendouillait en attouchements divins mon pubis… Ses mains derrière son dos enserraient mes genoux sur lesquels il était appuyé sans gêne, braquemard humide… Moi, penaude, j’étais là, étendue, offerte, un peu timide devant ce si bel inconnu. Habitué surement, c’était lui qui menait la danse et je ne pouvais plus reculer !! L’envie était  trop pressante, le désir fébrile… Je retenais avec peine des mouvements de bassin. Mon corps voulait bouger, onduler, frôler, et mon policier le sentait  bien dans ma manière de respirer et mon regard succombant.

Ses mains ont commencé à masser mon ventre en montant vers mes seins, arrivé sous mes bras il les fit remonter et me demanda de les croiser sous ma  tête… Ce que je fis !! De mes coudes, ses mains descendirent à nouveau sous mes bras pour continuer de chaque coté  de mes hanches. Il refit  plusieurs fois ce mouvement pour bien huiler mon corps… Glissant de partout, ses mains ont commencé à glisser sous mes fesses pour les écarter. C’est à partir de ce moment précis que je vis sont sexe grossir et fièrement se dresser. Son bassin  faisait de petits mouvements de vas et viens et je sentais ses fesses frôler  mes cuisses.

Il modifia sa position, ses genoux, de chaque coté de moi se sont glissés entre mes cuisses m’obligeant maintenant à écarter les jambes largement. Les massages se changèrent en touchers érotiques… Il se pencha sur moi et sa bouche vient mordiller mon lobe d’oreille plusieurs fois pour ensuite glisser sur la pointe de mes seins. Sa langue savante chatouillait, taquinait, titillait… A ce stade je n’arrivais plus à retenir les mouvements de mon corps qui ondulait sous lui. J’avais placé mes mains de chaque coté de la table et m’y cramponnais !!

Sa main droite descendit sur mon ventre et vient se nicher entre mes cuisses. Il commença  alors des caresses qui me firent oublier tout ce qui m’entourait. Sa main s’attarda sur mes petites et grandes lèvres vaginales. Ses doigts tournaient autour de cette zone réceptive, écartaient, se glissaient dans ma fente chaude et humide. Ses doigts s’attaquèrent à mon clitoris. Le caressant entre deux doigts, je sentais de petits chocs électriques qui me faisaient retenir mon souffle tellement cela était intense et à mon gout.  

 Puis, je le sentis glisser doucement sur moi, sa bouche descendait toujours plus bas, mouillait mon ventre, mordillait tendrement ma peau.

Ses lèvres prirent possession de ma vulve à petits coups de langue rapides, mon cœur cognait à tout rompre dans ma poitrine. Il fourrageait entre mes cuisses sans retenue, ses doigts écartaient mes lèvres, les froissaient, les tiraient !!  Son souffle saccadé et chaud sur mon sexe me rendait littéralement folle.

Un W.E. sans but -4/4 dans W.E  sans but bq997k1lod

Sa langue pressait, tournait, tapait sur mon bouton à une vitesse  pas croyable… J’écartais et refermais les jambes autour de son cou, perdant le contrôle quand sa bouche affamée faisait entendre ses bruits de succion mouillée. Mon plaisir montant toujours plus haut, je bougeais le bassin comme pour une danse orientale lascive. Des petits cris sortaient de ma gorge, des soupirs, des gémissements à chaque fois que le plaisir atteignait des sommets. Et, bientôt, ce fût le feu d’artifice, la fête !! Mon corps trembla de plaisir et un long cri plaintif m’échappa. Mes doigts s’agrippaient au rebord de la table et ma tête bringuebalante de droite et de gauche fut, comme emplie de lumières.  Au moment où, je retrouvais mes idées, je sentis son dard forcer l’entrée de mon vagin, et tout doucement envahir ma grotte liquéfiée. Il se retrouva tout au fond de moi, un va et vient doux débuta… Bientôt mon beau policier accéléra la cadence, et ce ne fut plus qu’une chevauchée endiablée et tonitruante. Son souffle se mêlait à  de petits cris de gorge, des mots fous, des bruits mouillés et innombrables. Je redevenais pour la deuxième fois en si peu de temps, un volcan prêt à exploser… Plus rien n’avait d’importance que le plaisir en cours et à venir. J’écartais les jambes au maximum, accordais mon rythme au sien, encourageais cet homme  à se surpasser pour lui démontrer mon envie, mon désir et mon besoin de lui.

Il ralentit ses vas et viens, plaça ses mains sous moi pour m’obliger à me retourner. Je m’installais sur le ventre, genoux repliés tête la première sur la table, derrière retroussé et offert,  jambes écartées. J’étais pressée de continuer, je poussais mes fesses sur son pubis en le suppliant de continuer. Une main vient se plaquer à mon sexe bien ouvert et des doigts excités tripotaient, frottaient, s’engouffraient dans  mon vagin, ressortaient pour s’acharner sur mon clito. Je le sentis prendre position derrière moi  et d’un seul coup il me pénétra brutalement, ses couilles tapant mes fesses, ses mains pétrissant mes hanches !! Il me pistonnait à la vitesse grand V pour tout à coup  stopper et recommencer aussitôt de mouvements longs et lents. Ses doigts s’acharnaient sur mon clito à le malmener en tout sens jusqu’au moment où il sentit que mon corps frémissait. Mon souffle devenait de plus en plus incontrôlable, il reprit son rythme endiablé en moi, se figea en poussant un cri étouffé !! Son sperme déferla en moi par grosses saccades et déclencha mon deuxième orgasme de la soirée.

Nous gardâmes ensemble la pose un certain temps, mon corps ondulait tout doucement pour le plaisir de faire continuer cette communion charnelle. Le dard de mon compagnon perdit de sa grosseur, de sa dureté doucement… Je le sentis glisser hors de moi comme au ralenti, mais je n’osais bouger tellement j’aimais la sensation douce qui se nichait encore entre mes cuisses. Il glissa la paume de sa main sur mon sexe trempé pour une dernière caresse. Bientôt, elle se changea en un mouvement de massage pour étendre sur mon ventre et mes cuisses le fruit trempé de notre plaisir partagé. Une taloche termina l’affaire sur une de mes fesses, ce qui nous fit rire tout les deux en coeur.

 A mon réveil le lendemain je m’étirais comme une chatte en repoussant la couette, mon corps avait encore l’odeur de  plaisir, les souvenirs de ma soirée me procurait quelques petits papillonnements ici et là. Perdue dans mes pensées, heureuse d’avoir enfin réalisé mon petit fantasme caché depuis si longtemps dans mon jardin secret… Faire l’amour avec un inconnu dans un endroit inattendu.

Pas de commentaires à “ Un W.E. sans but -4/4 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|